in

Cette start-up propose un vélo électrique speedbike à deux moteurs

Crédits : VanMoof

En fin d’année prochaine, la société VanMoof devrait étoffer sa gamme de vélos électriques avec un speedbike. L’engin sera équipé de deux moteurs pour atteindre une vitesse de 50 km/h afin de respecter les législations. Néanmoins, son succès dépendra des différents pays où le vélo sera lancé.

Un e-bike à deux moteurs

Tout d’abord, il est nécessaire de rappeler ce qu’est un speedbike. Il s’agit d’un vélo électrique qui contrairement aux autres, ne voit pas son assistance électrique se couper en atteignant les 25 km/h. Les contraintes sont d’ailleurs plus nombreuses. En effet, le speedbike doit être homologué, assuré et immatriculé, et il nécessite l’obtention d’un permis AM. De plus, ce type d’engin fait l’objet d’une interdiction de rouler sur les pistes cyclables.

Aux Pays-Bas, la société VanMoof devrait lancer son premier speedbike d’ici fin 2022 : le VanMoof V. Selon un article de The Verge du 12 octobre 2021, le e-bike en question sera connecté comme les autres vélos de la marque. Néanmoins, sa principale caractéristique se trouve ailleurs : ce dernier embarquera deux moteurs.

speedbike VanMoof 2
Crédits : VanMoof

Un engin qui pose quelques questions

Pour l’instant, le VanMoof V se trouve encore au stade de prototype. Néanmoins, nous savons déjà que les deux moteurs seront associés à une imposante batterie de 700 Wh. Il s’agit d’un choix assez surprenant en comparaison aux vélos à moteur unique ou dont le moteur se trouve dans le pédalier. Cela pose donc quelques interrogations sur le comportement de l’engin sur la route. Et quid de l’accélération ? Là encore, nous disposons de peu d’éléments, surtout qu’un boîtier automatique contrôle les vitesses.

Évoquons également le cadre qui arbore des formes beaucoup plus rectangulaires que les autres vélos de la marque. Il faut dire que ce même cadre devra résister à davantage de contraintes. Côté vitesse, la limite se fixe à 50 km/h et tout devrait se jouer au niveau de la législation des différents pays. En France par exemple, la loi limite la vitesse des speedbikes à 45 km/h. Cependant, la vitesse peut faire l’objet d’un réglage logiciel en amont.

Dans un article relatant un test du VanMoof V, Numerama a identifié ce qui pourrait être un problème pouvant avoir une importance dans le cadre d’une utilisation en France. En effet, certains automobilistes et même des policiers ont demandé à ce que le vélo se rabatte sur la piste cyclable. Or, c’est formellement interdit. Autrement dit, deux questions se posent : les Français sont-ils prêts à accueillir les speedbikes ? Les infrastructures de notre pays sont-elles adaptées ?