in

Une fissure indique que la comète visitée par Philae pourrait se séparer en deux

Crédits : ESA

Attendus depuis l’arrivée en orbite de la sonde Rosetta autour de la comète « Tchouri », une trentaine de clichés inédits révèle une variété de paysages tourmentés : falaises, puits démesurés, éboulements, déserts de poussières, dunes ainsi que des fissures qui indiquent que la comète pourrait se séparer en deux.

Grâce à la caméra à haute résolution de Rosetta, les clichés ont permis de découvrir la forme de la comète. Avec ses deux blocs bien distincts, 67P / Churyumov-Gerasimenko ressemble bel et bien à un énorme canard en caoutchouc et les scientifiques ont constaté une fissure de plusieurs centaines de mètres dans le cou de la comète.

Cette fente serait causée par la flexibilité de la comète qui, en s’approchant du Soleil, se dilate et se rétracte avec le rayonnement solaire. Les variations de température ainsi que les forces de marée du Soleil lors du passage jour-nuit ajoutent des facteurs aggravants à cette fissure et pourraient signifier la fin de la comète en un seul morceau. La fissure se trouvant dans la zone la plus active de la comète, elle représenterait le point central de nombreuses propriétés et de forces à l’œuvre, telles que la vitesse et l’axe de rotation.

Différents facteurs tels que les changements de température, l’angle du Soleil, la dégradation de la matière et les forces de marée seraient à l’origine de l’élargissement de la fissure. Cependant, selon le Dr Thomas, un professeur de physique expérimentale à l’Université de Berne, « il est difficile de savoir si la comète est sur le point de se casser en deux pour l’instant« .

ESA
Crédits : ESA

Source : Gurumed

– Illustrations : ESA