in

Un vent de panique souffle en Inde à cause d’un dangereux virus

Le renard volant à tête grise (Pteropus poliocephalus) est le porteur naturel du virus Nipah Crédits : Wikipedia

Le virus Nipah crée actuellement un vent de panique en Inde. Le fait est que ce virus tue environ 70 % des personnes qu’il infecte, et cela a déjà coûté la vie à 10 patients en deux semaines. Par ailleurs, l’OMS est très pessimiste au sujet de cette maladie que l’on compare à Ebola.

Le 23 mai 2018, le Times of India annonçait la mauvaise nouvelle : le virus Nipah a sévi dans l’état du Kerala, dans le sud-ouest de l’Inde. Les autorités ont fait état de 13 cas avérés dont 10 morts. Par ailleurs, une vingtaine de personnes suspectées d’avoir été infectées sont actuellement à l’hôpital, et les quarantaines devraient encore se multiplier.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dresse un portait peu flatteur de ce virus :

« Le tableau clinique chez l’homme va de l’infection asymptomatique à un syndrome respiratoire aigu et à une encéphalite mortelle. »

Découvert la première fois en Malaisie en 1998, celui-ci avait ressurgi en 2004 au Bangladesh (260 morts). Il n’existe aucun vaccin ni traitement, et le virus Nipah est impitoyable, car environ 7 personnes sur 10 y succombent. L’OMS en fait d’ailleurs un futur candidat sérieux pour des épidémies d’envergure comme c’est déjà le cas avec Ebola, surtout qu’il existerait certaines souches du virus dont le taux de mortalité avoisinerait les 90 % ! Ne manquons pas d’évoquer également la fulgurance du virus puisque celui-ci peut entraîner la mort en seulement 48 heures.

Le virus Nipah est inoffensif pour son hôte naturel – à savoir le renard volant à tête grise Pteropus poliocephalus – une chauve-souris frugivore particulièrement friande de la sève de palmier. Ainsi, il suffit simplement qu’un humain grimpe sur le tronc d’un palmier contaminé par la chauve-souris ou consomme son jus frais pour contracter le virus Nipah.

Par ailleurs, les transmissions interhumaines peuvent se produire : une infirmière de 31 ans soignant des patients atteints au Kerala a été infectée et est décédée. Pour couronner le tout, le virus peut se transmettre chez les porcs ainsi que d’autres animaux domestiques.

Sources : Sciences et AvenirFrance 24