in

Un nouveau parent du T-Rex découvert

Une illustration d'artiste de la nouvelle espèce Moros Intrépidus. Crédits : Jorge Gonzalez

Une équipe de paléontologues annonce la découverte d’une nouvelle espèce de dinosaure. Il s’agit d’un parent du T-Rex qui nous aide à comprendre la manière dont les plus grands théropodes ont commencé à s’imposer en Amérique du Nord. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Communications Biology.

Les tyrannosaures ont régné en maître pendant les derniers 15 millions d’années du Crétacé, avant l’extinction massive opérée il y a 66 millions d’années. Mais ça n’a pas toujours été le cas. Au départ, les premiers tyrannosaures – encore primitifs – étaient beaucoup plus petits, évoluant dans l’ombre de prédateurs plus imposants, tels que  les allosaures. C’était il y a entre 150 et 100 millions d’années. Nous savons ensuite que de plus gros spécimens – comme le T-Rex – ont commencé à régner en Amérique du Nord il y a environ 81 millions d’années. Entre ces deux époques en revanche, les archives fossiles manquaient.  Jusqu’à la découverte de ce nouveau spécimen (des dents et un membre postérieur), qui permet de faire la liaison.

Un dinosaure « léger et exceptionnellement rapide »

Moros intrepidus était un petit théropode qui vivait il y a environ 96 millions d’années dans ce qui est aujourd’hui l’Utah. Il représente actuellement la plus ancienne espèce de tyrannosaure du Crétacé découverte à ce jour en Amérique du Nord. Celui-ci n’était pas très grand – environ un mètre de hauteur. Il semble également être décédé vers l’âge de sept ou huit ans, ce qui signifie que le dinosaure était complètement formé.

Petit donc, mais malgré tout potentiellement redoutable. « Moros devait être léger et exceptionnellement rapide, explique en effet Lindsay Zanno, paléontologue à la North Carolina State University (États-Unis), et principale auteure de l’étude.  Ces adaptations, associées à des capacités sensorielles avancées, sont la marque d’un redoutable prédateur. Il aurait facilement pu abattre une proie tout en évitant la confrontation avec les prédateurs supérieurs de l’époque ».

tyrannosaure dinosaure
Les ossements fossiles retrouvés témoignent d’une espèce nouvelle. Crédit : Communication Biology

Le T-Rex d’origine asiatique

Il semblerait également que le prédateur ait su tirer parti de la restructuration des écosystèmes opérée à cette époque. Il y a 96 millions d’années en effet, les températures augmentaient, entraînant avec elles une hausse du niveau des mers. Ce qui veut également dire que les zones de chasse se sont peu à peu rétrécies. Moros intrepidus, lui, s’est adapté, favorisant l’évolution future de ses congénères. « Nous savons maintenant qu’il leur a fallu moins de 15 millions d’années pour accéder au pouvoir ».

Il est également à noter que les plus proches parents de Moros intrepidus étaient d’origine asiatique. Ce qui nous dresse un tableau un peu plus précis de l’évolution de ces prédateurs anciens. « Les T-Rex sont des icônes naturelles aux États-Unis, note la chercheuse. Mais nous devons leur existence à leurs intrépides ancêtres qui ont émigré d’Asie au moins 30 millions d’années auparavant ».

Source

Articles liés :

Les mammifères ont pris le contrôle bien avant la mort des dinosaures

Cet ancien reptile ressemblant à un dinosaure broyait les os de ses proies

Une nouvelle espèce de dinosaure à plumes découverte en Mongolie