in

Un nombre record d’éléphants tués l’année dernière au Sri Lanka

Crédits : TeeFarm/pixabay

Plus de 360 éléphants sont morts l’année dernière au Sri Lanka. C’est un record depuis que le pays est devenu indépendant en 1948.

Au Sri Lanka, l’habitat naturel de ces animaux ne cesse de se réduire à mesure que se construisent les autoroutes, ou que s’étendent les plantations de thé, de noix de coco, de bananes ou de mangues. Beaucoup manquent alors d’eau et de nourriture et se rapprochent des cultures, les piétinant au passage.

Résultat, si les éléphants sont vénérés par la majorité des Sri Lankais, certains agriculteurs épuisés les considèrent aujourd’hui comme des ravageurs. Des rondes nocturnes sont organisées et des pétards ou des moteurs de tracteurs sont allumés pour tenter de les éloigner. Néanmoins, parfois, rien n’y fait, alors certains dérapent. Ils utilisent désormais des clôtures électriques, du poison ou encore des explosifs dissimulés comme nourriture pour tuer ces animaux.

Une année noire pour les éléphants

En moyenne, on estime que 250 éléphants sont victimes chaque année de ces conflits. Cependant, l’année dernière a été particulièrement sombre. Selon plusieurs groupes environnementaux, au moins 361 de ces animaux ont été tués. Sur cet échantillon, seuls 37 seraient morts de causes naturelles. C’est un record depuis que fut signée l’indépendance du Sri Lanka en 1948.

On rappelle que ces animaux sont protégés dans ce pays. Quiconque blesse ou tue un éléphant est en effet passible d’une peine d’emprisonnement ou d’une amende. Néanmoins, les responsables estiment que l’application de la loi est difficile en milieu rural.

Suite à la publication de ces nouveaux chiffres, le Département de la conservation de la faune sauvage a pris des mesures pour recruter 2 500 membres du personnel de la défense civile. Des patrouilles vont être mises en place dans le but d’effrayer les éléphants et plusieurs grandes clôtures vont être érigées dans les principales zones de conflits.

éléphants
Plus de 361 éléphants sont morts au Sri Lanka en 2019, selon des groupes environnementaux. Crédits : nuzree/pixabay

Outre les conflits qui les opposent aux Hommes, les éléphants d’Asie comme leurs cousins africains sont également abattus pour leur ivoire, leur chair et leur peau. Ils sont aussi régulièrement capturés pour être domptés. Ceux qui déambulaient jadis dans tout le sud du continent asiatique n’occupent aujourd’hui plus que 15 % de leur habitat d’origine. D’après les estimations, il n’y aurait plus que 40 000 à 50 000 individus à l’état sauvage.

Source

Articles liés :

Les cornes de rhinocéros et défenses d’éléphants repoussent-elles ?

Une nouvelle expérience le prouve : les éléphants ont bien conscience de leur corps

Braconnage : des chercheurs veulent inonder le marché de fausses cornes de rhinocéros