in

Trois mois après son retour sur Terre, Scott Kelly n’est toujours pas au mieux

Crédits : NASA

Cela fait près de trois mois que l’astronaute américain Scott Kelly a reposé le pied sur Terre, après avoir passé 340 jours à bord de la Station Spatiale Internationale. Mais l’homme ne se sent toujours pas au mieux de sa forme, et subit encore les effets de ce long voyage en orbite.

C’était le 1er mars dernier, au Kazakhstan, trois astronautes de la Station Spatiale sont revenus sur Terre. Parmi eux, le russe Mikhaïl Kornienko et l’américain Scott Kelly. Ce dernier, probablement désormais l’astronaute le plus célèbre au monde, venait de passer 340 jours à bord de l’ISS, soit le record de la plus longue période ininterrompue passée dans la Station. Il détient également le record du plus grand nombre de jours passés dans la Station, avec 520 jours cumulés sur quatre séjours.

S’il a passé un si long séjour à bord de l’ISS, c’était justement pour étudier les réactions du corps humain sur les longs séjours dans l’espace, à l’aube de la conquête martienne. Seulement, près de trois mois après ce retour, Scott Kelly n’est toujours pas remis et affirme continuer à subir les effets de ce périple sur son corps. Pieds douloureux, courbatures aux jambes, réactions épidermiques, fatigue… nombreux sont les symptômes qu’il ressent jour après jour. Le pire moment ? Lorsqu’il est sorti de la capsule Soyouz, mais il s’agissait de faire bonne figure pour l’événement. « Quand je suis sorti du Soyouz, je n’avais pas si mauvaise mine que ça. Mais seulement parce que je suis bon acteur. Ils auraient dû me nominer pour un Oscar » raconte-t-il.

« Ce qui me gêne le plus, c’est que mes pieds sont encore douloureux. Je dis ça du point de vue de ma qualité de vie. C’est le pire changement. J’ai eu une légère mutation structurelle aux yeux, j’ai perdu un peu de masse osseuse, mais pas trop. Les os sont en quelque sorte redistribués dans votre corps. Mes index sont un peu crochus maintenant, recroquevillés vers l’intérieur. Je pense que c’est dû à la façon dont les os bougent. C’est assez bizarre » a-t-il confié au magazine Town & Country.

Si ce sont les pieds qui font le plus souffrir Scott Kelly, c’est dû au fait qu’ils ne sont que très peu sollicités à bord de l’ISS, ce qui n’est bien entendu pas le cas sur Terre. « Dans l’espace, on fait de l’exercice, on court sur un tapis, mais seulement 30 minutes par jour. Et le reste du temps, on n’utilise pas ses pieds, pas pour marcher du moins. C’est pour ça qu’ils sont douloureux. Parce qu’on ne les utilise pas« .

Alors que les prochaines missions pourraient se diriger vers Mars, et qu’il faudrait un minimum de sept mois pour y parvenir, la condition de Scott Kelly montre qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir pour pouvoir emmener l’Homme là où il n’a encore jamais été. Mais c’était aussi là tout l’objet de cette opération, comme le confie Mark Kelly, le frère jumeau de Scott. « C’est pour ça qu’on fait ça. On a besoin d’apprendre ces choses si on veut aller sur Mars.« 

Sources : town&country, dailymail