in

Sous la surface poussiéreuse de la Lune, de l’eau gelée pourrait subsister

Crédits : Pixabay

Bonne nouvelle pour les futurs colons lunaires : Des chercheurs annoncent avoir décelé des traces de moganite dans une météorite lunaire découverte il y a 13 ans en Afrique. Ce minéral a besoin d’eau pour se former; ainsi de l’eau gelée en abondance pourrait subsister sous la surface poussiéreuse de la Lune.

Nous l’observons tous les soirs ou presque et pourtant, notre lune est encore pleine de secrets. L’un de ces mystères persistants est de savoir si notre satellite naturel contient de l’eau gelée sous sa surface; une aubaine pour un futur établissement humain sur la Lune. Si nous comptons vivre sur la surface lunaire sur de longues périodes, nous aurons en effet besoin d’eau. Mais l’acheminer depuis la Terre coûte cher. L’idéal serait donc de pouvoir en extraire directement sur place.

Trouver des traces d’eau sur la Lune s’est avéré difficile. Les échantillons lunaires ramenés des missions Apollo sont en effet tout secs. Mais de manière plus ironique, nous pourrions trouver la preuve de l’existence d’eau lunaire gelée directement sur Terre, sous la forme de moganite, piégée dans les météorites lunaires. Comme le souligne cette nouvelle étude publiée dans Science Advances, la moganite ne peut en effet se former qu’en présence d’eau. Et des morceaux de Lune, il y en a partout sur Terre, dispersés autour de notre planète. Certains objets célestes viennent en effet se briser sur la surface lunaire; débris qui se retrouvent ensuite à dériver vers la Terre, avant d’être absorbé.

À ce jour, plus de 300 météorites lunaires ont été collectées sur Terre. Récemment, une équipe dirigée par Masahiro Kayama, de l’Université de Tohoku à Sendai, au Japon, a examiné de plus près quelques météorites retrouvées il y a 13 ans au Nord-Ouest de l’Afrique, y compris un échantillon connu sous le nom de “NWA2727”. Contrairement aux autres météorites lunaires échantillonnées, NWA2727 contenait un minéral connu sous le nom de moganite, une forme de dioxyde de silicium découverte en 1976, qui résulte d’un processus chimique nécessitant la présence d’eau.

Crédits : Masahiro Kayama and M. Sasaoka SASAMI-GEO-SCIENCE

Les chercheurs soupçonnent que l’eau fut apportée sur la Lune par des astéroïdes et des comètes il y a environ trois milliards d’années, et que, pendant une brève période, de l’eau liquide existait sur la surface lunaire. Le liquide se serait finalement infiltré sous la surface avant de refroidir, se retrouvant piégé dans la roche lunaire. Plus tard, un astéroïde ou une comète aurait heurté la surface de la Lune, faisant dériver les roches remplies de moganite dans l’espace. Certaines de ces roches ont ensuite atterri sur Terre sous forme de météorites.

Comme indiqué, cette découverte est donc une bonne nouvelle pour les aspirants colons, mais il reste encore beaucoup de questions sans réponse. Nous ne connaissons toujours pas les quantités de glace d’eau qui pourraient exister sous la surface lunaire ni où elle pourrait être localisée. De plus, on ne sait pas exactement comment les futurs colons pourraient extraire ce précieux liquide ni même s’ils pourraient tout simplement le boire.

Source