in

Des roches trouvées en Ecosse suggèrent que Mars pourrait abriter la vie

Crédits : NASA

Des roches trouvées dans les Hébrides extérieures, en Écosse suggèrent que de la vie microbienne pourrait subsister dans les sous-sol de Mars.

Les préparatifs se poursuivent à la NASA pour le lancement d’une nouvelle mission vers Mars en 2018. En attendant, la recherche ne chôme pas. Dans une récente étude publiée dans la revue Astrobiology, des chercheurs de l’Université d’Aberdeen ont examiné des roches des îles de Barra et Uist, dans les Hébrides extérieurs. Ces roches, qui subissent des mini tremblements, semblent capables de générer, par friction, de l’hydrogène – qui est essentiel à la vie – dans la croûte terrestre. Les sous-sols de Mars, qui connaissent le même type de tremblements de terre, pourraient alors produire des conditions propices à la vie microbienne sur la planète rouge.

«L’hydrogène est un carburant naturel pour les microbes simples, […] ces microbes pouvaient vivre de l’hydrogène généré dans le sous-sol terrestre en raison de l’activité sismique, explique John Parnell, Professeur en géosciences à l’Université d’Aberdeen. “Ce modèle pourrait également s’appliquer à toute autre planète rocheuse, y compris sur Mars, dont les ‘Marsquakes’ pourraient produire de l’hydrogène, et donc nourrir la vie dans le sous-sol martien”, poursuit-il.

University of Aberdeen
University of Aberdeen

Une première analyse de l’activité sismique sur Mars amène les chercheurs à penser qu’il y aurait en effet suffisamment d’hydrogène généré dans les sous-sols pour être utilisable pour les microbes, améliorant ainsi la possibilité qu’il y ait des niches appropriées pour une vie microbienne sous la surface de la planète.

D’autres analyses seront bien évidemment nécessaires. Pour se faire, la NASA compte sur la mission InSight, dont le lancement est prévu en mai 2018. Un atterrisseur se posera sur la surface de Mars avec à son bord un sismomètre et un capteur de flux de chaleur s’enfonçant jusqu’à 5 mètres sous la surface du sol. Tous deux fourniront aux chercheurs de précieuses données sur l’activité sismique, la structure et la composition interne de Mars. Lancement prévu pour le 5 mai 2018, avec un atterrissage sur Mars prévu pour le 26 novembre.

Source