in

Vivre avec une main à six doigts, ce que nous apprend cette étrange expérience de réalité virtuelle !

Crédits : INRIA

Des chercheurs français travaillent sur l’interaction homme-machine dans un univers virtuel et ont développé une main à six doigts. La question à se poser est la suivante : est-il possible de s’immerger dans une telle simulation digitale alors que l’anatomie visible ne correspond pas tout à fait au membre réel ?

Il n’est pas évident d’imaginer utiliser une main à six doigts dans un environnement virtuel alors que la main humaine en comporte seulement cinq. Et pourtant, les chercheurs de l’INRIA de Rennes emmenés par Anatole Lecuyer travaillent depuis plus d’un an sur leur projet baptisé Six -Finger Illusion et présenté dans une publication de la revue Frontiers Robotics and AI le 12 mai 2016.

Interrogé par France Info le 27 août 2017, Anatole Lecuyer a rappelé en quoi consistaient ces recherches :

« Il s’agit d’une main avec un sixième doigt, entre l’annulaire et le petit doigt, qui apparaît lorsque l’on chausse notre dispositif de réalité virtuelle. Ce doigt bouge tout seul. Il est étonnant de constater avec quelle facilité l’humain s’approprie aisément ce sixième doigt au point que, quand on enlève le casque, la personne a l’impression qu’on lui a coupé un doigt. »

Le projet Six -Finger Illusion est donc relatif à un changement structurel virtuel sur le corps de l’utilisateur. L’an dernier, deux groupes de testeurs ont été formés, le premier composé des cobayes ayant pu intégrer et utiliser leur sixième doigt et ceux n’ayant pas pu y arriver. Le premier groupe a pu manipuler ce doigt, car celui-ci bougeait seul, en harmonie avec les autres doigts de la main et offrait un retour aux utilisateurs à l’aide d’un pinceau qui en réalité, touchait l’annulaire. Le second groupe a vu ce même sixième doigt rester immobile et n’a reçu aucune stimulation tactile.

Le test final consistait à demander aux utilisateurs des deux groupes de remuer leur sixième doigt virtuel. Résultat : 96 % des cobayes du premier groupe ont bougé un de leurs vrais doigts, mais seulement 31 % des membres du second groupe en ont fait de même.

Sources : France InfoL’Usine Digitale