in

Que se passerait-il sur Terre si les microbes venaient à disparaître ?

Crédits : geralt / Pixabay

Que se passerait-il sur notre bonne vieille Terre si les microbes venaient à disparaître ? Deux biologistes se sont penchés sur la question et, contrairement aux idées reçues, la vie ne cesserait pas complètement d’exister. Mais la Terre deviendrait un véritable enfer …

C’est la question que se sont posés deux biologistes. Et si les microbes venaient soudainement à disparaître ? Jack Gilbert (Argonne National Laboratory, Etats-Unis) et Josh Neufeld (Université de Waterloo, Canada) ont mené l’enquête. Selon eux,  la vie continuerait d’exister, certes, mais dans des conditions pour le moins infernales : « Il est faux de dire que la vie macroscopique cesserait d’exister sans les microbes », indiquent les auteurs dans leur étude. Mais « la qualité et la quantité de cette vie seraient considérablement réduites« .

Que se passerait-il alors sur Terre ? Tout d’abord, les océans et les sols entreraient dans une période dite « de stagnation ». En effet, sans bactéries pour assurer la fixation du nitrogène, le processus de photosynthèse à l’oeuvre sur la planète cesserait presque aussitôt. Le résultat en serait alors catastrophique pour le vivant, et notamment pour l’Homme, puisque nos déchets accumulés ne pourraient ainsi plus être dégradés par les microbes, et s’accumuleraient en l’absence d’entités biologiques pour la transformer. S’en suivrait alors une réaction en chaîne avec à la clé des maladies, susceptibles de déclencher des troubles sociaux majeurs. Quant aux animaux, beaucoup ne trouveraient plus de quoi se nourrir, et finiraient ne pas mourir. La chaîne alimentaire s’en trouverait alors complètement bouleversée.

Mais ce n’est pas tout, puisque selon les deux biologistes, la disparition des microbes aurait également une conséquence désastreuse sur la quantité d’oxygène présente dans l’air. Sans microbes, de l’oxygène continuerait d’être produit pendant un certain temps par les algues et les plantes ayant réussi à survivre, mais pour un certain temps seulement.  Au final, après cette longue période de famine et de maladies surviendrait la disparition de la plupart des êtres humains et des formes de vie macroscopique.

Famine, maladies, manque d’oxygène, il est probable que des Hommes puissent néanmoins survivre pendant quelque temps dans un environnement aussi hostile. Mais à long terme, la pérennité de l’espèce se verrait alors très compromise. 

Source : Plosbiology