in

Quand la planète Rouge était couverte d’un immense océan

Crédits : ESO / M. Kornmesser

Il y a 4 milliards d’années, Mars était une planète chaude et humide et elle possédait un océan de la taille de l’Arctique. Cet étonnant fait est la conclusion de travaux menés par des scientifiques de la NASA pendant 6 ans et qui ont été publiés dans la revue américaine Science ce jeudi.

Durant cette période d’humidité de la planète Mars appelée Noachien, achevée il y a 3,7 milliards d’années selon la communauté scientifique, l’eau était suffisamment abondante pour recouvrir Mars entièrement avec une profondeur de 137 mètres. Plus probablement, l’eau recouvrait la moitié de l’hémisphère nord avec des profondeurs allant jusqu’à 1600 mètres, soit un véritable océan !

Cet océan aurait couvert jusqu’à 19% de la planète Mars et aujourd’hui… il a presque totalement disparu ! Les chercheurs se sont intéressés à cette disparition et ils supposent que la majorité de l’eau s’est perdue dans l’espace et une partie se trouve certainement encore sous le sol martien. Geronimo Villanueva,  l’un des auteurs de l’étude, considère d’ailleurs qu’avec “ces travaux, nous pouvons mieux comprendre l’histoire de l’eau sur Mars.” “La planète a très probablement été humide plus longtemps qu’estimé jusqu’alors, suggérant ainsi qu’elle aurait pu être habitable plus longtemps”, ajoute également Michael Mumma, scientifique du Centre Goddard et ayant travaillé sur ces recherches.

Avec le télescope Keck 2 à infrarouge de la NASA, situé à Hawaii, et le télescope européen de l’ESO (European Southern Observatory) situé au Chili, les chercheurs ont produit une carte du climat martien. Celle-ci révèle des changements saisonniers et des micro-climats sur cette planète qui n’est pourtant aujourd’hui qu’un gigantesque désert. Ces informations pourraient s’avérer très utiles dans la recherche de nappes phréatiques dans le sous-sol martien. Un nouveau bond en avant pour le projet Mars One, ces nappes étant indispensables à l’installation d’une colonie durable sur notre planète voisine.

Source : AFP

– Crédits photo : © ESO/M. Kornmesser