in

Comment « Prehistoric Planet » a créé des dinosaures aussi réalistes

Crédits : Apple TV+

La série « Prehistoric Planet » est désormais disponible sur Apple TV +. Les cinq épisodes nous transportent 66 millions d’années dans le passé à la découverte des dinosaures évoluant dans différents environnements. Le programme nous dépeint ces créatures avec un niveau de réalisme jamais vu auparavant au cinéma ou à la télévision. Voici un petit aperçu des coulisses.

Pour ce travail, la BBC s’est entourée des meilleurs spécialistes. L’unité d’histoire naturelle de la BBC et l’équipe d’effets visuels de Moving Picture Company, qui a travaillé sur des films d’animation 3D comme Le Roi Lion (Walt Disney Pictures, 2019), ont notamment été impliquées, tout comme de nombreux paléontologues. Le tout est raconté par David Attenborough avec la musique de Hans Zimmer.

En coulisses, la production d’une telle série nécessite évidemment beaucoup d’efforts et d’ingéniosité.

De véritables paysages

Le spectacle est filmé dans le style d’un documentaire traditionnel sur la nature, ce qui confère aux images un réalisme indépendant de la qualité des images générées par ordinateur. Chaque épisode se concentre sur un habitat particulier : côtes, déserts, eau douce, environnements glacés et forêts. Pour ce faire, l’équipe a tout d’abord étudié les paysages et la végétation anciens pour trouver des habitats modernes susceptibles de coller avec ceux de la période du Crétacé afin de pouvoir filmer dans des lieux réels.

Sur place, que ce soit dans les déserts brûlants ou dans les jungles luxuriantes, les équipes de tournage ont utilisé des objets physiques grandeur nature, tels que des découpes en carton et des marionnettes imprimées en 3D pour remplacer les dinosaures, disparus depuis longtemps. Ces maquettes ont servi de points de référence pour les cinéastes et l’équipe d’effets spéciaux, permettant aux créateurs d’estimer combien d’espace les animaux prendraient et comment ils se déplaceraient dans leurs environnements.

Naturellement, certains animaux étaient beaucoup trop gros pour être découpés dans du carton. On pense notamment aux énormes sauropodes. Pour ces géants du Crétacé, l’équipe s’est donc appuyée sur de longues perches et des drones pour capturer la ligne des yeux et la véritable échelle de ces créatures.

dinosaures Prehistoric Planet
Carnotaurus dans l’épisode « Forêts » de la série. Crédits : Apple TV+

Des dinosaures incroyablement réalistes

Il y a également eu une vraie réflexion sur le placement des caméras afin de rendre la série la plus authentique possible. C’est pourquoi vous ne voyez pas le T-Rex de face à deux mètres par exemple. Les équipes ont en effet opéré de la même manière qu’ils feraient avec des lions, réfléchissant à la façon dont les dinosaures pourraient réagir aux observateurs humains.

L’équipe était aussi équipée d’un équipement d’imagerie à plage dynamique élevée (HDR) pour mesurer la lumière. Ces instruments ont permis aux spécialistes des effets visuels de créer un éclairage aussi précis que possible sur les dinosaures.

Enfin, ces derniers ont naturellement été créés par ordinateurs. Pour opérer, les équipes se sont basées sur les squelettes disponibles, avant d’ajouter les muscles et la peau. L’apparence, le mouvement et le comportement des dinosaures ont été inspirés par les dernières découvertes réalisées en paléontologie, en biologie contemporaine et autres disciplines scientifiques telles que la biomécanique.

Lorsque les preuves fossiles manquaient, l’équipe a utilisé une technique scientifique connue sous le nom de bracketing phylogénétique. Cette pratique leur a permis de déduire la probabilité de traits de dinosaures inconnus tels que des vocalisations ou d’autres types de comportements sociaux sur la base des caractéristiques d’animaux apparentés dans leur arbre généalogique ou d’animaux non apparentés ayant un mode de vie similaire. Par exemple, l’équipe s’est inspirée des crocodiles, des iguanes et des oiseaux pour animer le mouvement de la tête d’un T. rex lors d’une scène de parade nuptiale. Les éléphants et les rhinocéros ont également inspiré les mouvements d’herbivores disparus tels que Dreadnoughtus.