in

Pourquoi les bras du T-Rex étaient-ils aussi courts ? Un chercheur émet une nouvelle hypothèse

Crédits : Motion Pictures

Les membres inhabituellement courts du T-Rex ont longtemps été un objet de spéculation et parfois même de dérision de la part des paléontologues et du public. Mais pourquoi ces membres antérieurs étaient-ils aussi petits ? Quelques idées ont été avancées sans jamais convaincre. Le paléontologue Kevin Padian en propose une autre.

Plusieurs hypothèses

Le T-Rex se distinguait par son énorme gueule, mais aussi par ses bras ridiculement courts. Les prédécesseurs des tyrannosauridés avaient des bras plus longs. Aussi, il doit donc y avoir une raison pour laquelle ces derniers ont été réduits à la fois en taille et en mobilité articulaire.

Notez que cela ne concernait pas seulement le T-Rex, qui évoluait à la fin du Crétacé en Amérique du Nord. En effet, les abélisauridés africains et sud-américains du Crétacé moyen et les carcharodontosauridés, qui s’étendaient à travers l’Europe et l’Asie au début au du milieu du Crétacé, développaient également des membres antérieurs particulièrement courts.

Plusieurs hypothèses ont été proposées par les paléontologues. Certains ont notamment suggéré que ces bras très courts auraient pu être des fermoirs pectoraux capables de maintenir la femelle en place pendant la copulation. Toutefois, les bras du T-Rex paraissaient tout de même trop courts pour contourner un autre congénère et certainement trop faibles pour exercer un contrôle dessus.

Une autre idée proposait que les griffes de ces prédateurs tournées vers le bas leur permettaient de blesser leurs proies ou ennemis. Récemment, une étude a également souligné le T-Rex semblait être capable de remontrer ses bras vers la poitrine en tournant les paumes de ses mains vers l’intérieur. Les chercheurs supposaient alors qu’un tel mouvement pouvait permettre à ces animaux d’approcher leur proie vers la gueule.

Enfin, certains paléontologues ont même proposé que ces bras n’avaient finalement aucune fonction.

Toutes ces idées font aujourd’hui encore débat. Ainsi, nous n’avons toujours pas de réponse claire à cette question : quels avantages ces petits bras pouvaient-ils conférer à l’un des plus grands prédateurs de toute l’histoire ?

t-rex stan
Le T-Rex Stan. Crédits : Christie’s

Éviter les morsures autour des carcasses

Dans le cadre d’une étude récente, le paléontologue Kevin Padian émet une nouvelle hypothèse. Selon lui, les bras du T-rex auraient pu rétrécir pour éviter une amputation accidentelle ou intentionnelle lors de la consommation de carcasses en groupes. Cette idée lui est venue après que d’autres paléontologues aient découvert des preuves que certains tyrannosauridés auraient pu chasser en meute, et non seuls comme on le pensait auparavant.

Imaginez un groupe de T-rex de six à huit mètres de long se jeter sur une carcasse avec leur crâne de plus de 1,5 m de long muni de crocs acérés et de mâchoires incroyablement puissantes. Dans ces conditions, la compétition fait rage et une morsure peut vite arriver. Or, de graves morsures peuvent provoquer une infection, une hémorragie et éventuellement la mort.

D’après le chercheur, le fait de réduire la taille des bras pourrait donc avoir maximisé les chances de survie de ces dinosaures en grande partie charognards. On observe parfois ces comportements avec les dragons de Komodo d’Indonésie ou les crocodiles convergeant vers une carcasse avant de se mutiler les uns les autres en cas de conflits.

Le paléontologue admet cependant que sa proposition sera difficile à prouver 66 millions d’années après l’extinction du dernier T-Rex.