in

Pourquoi nos cheveux deviennent-ils blancs avec l’âge ?

Crédits : jackmac34 / Pixabay

C’est inéluctable, tôt ou tard, des cheveux blancs apparaissent sur notre crâne. Si l’âge est l’ennemi numéro un du cheveu, d’autres facteurs rentrent en compte. Alors pourquoi nos cheveux deviennent-ils blancs avec l’âge?

Il faut savoir que la couleur des cheveux est propre à chacun et découle d’un savant mélange personnalisé entre les deux types de mélanine : l’eumélanine qui donne le noir et le brun foncé, et la phéomelanine qui donne le blond et le roux. La recette exacte demeure mystérieuse.

Au bout d’une dizaine de cycles de pousse sur 35 ans environ, les mélanocytes (les cellules qui pigmentent le cheveu) sont moins efficaces et ainsi commencent à dégrader le processus de pigmentation du cheveu. La couleur des nouvelles pousses apparaît alors colorée ou blanche. Une fois le processus de dégradation enclenché, le peroxyde s’installe, tue ou endommage les mélanocytes, résultant dans la pousse d’un cheveu gris (pauvre en mélanine) ou blanc (dépourvu de toute mélanine).

Des scientifiques d’Harvard ont proposé en 2005 une théorie expliquant pourquoi les mélanocytes diminuaient avec le temps : les cellules souches défaillantes ne produiraient plus le nombre adéquat de mélanocytes pour maintenir la couleur. En 2009, des scientifiques européens ont découvert un autre facteur : les follicules pileux produisent de petites quantités de peroxyde d’hydrogène. Or, ce composé a la propriété d’éclaircir les cheveux. Normalement, une enzyme appelée catalase détruit ce peroxyde d’hydrogène. Mais la production de catalase décroit avec l’âge. Résultat : toujours plus de peroxyde d’hydrogène, qui bloque la production de mélanine.

Il existe également plusieurs autres facteurs qui dégradent la chevelure : souvent héréditaire, il est fort probable qu’il s’agisse d’une prédisposition génétique, bien que les gènes impliqués n’aient pas été identifiés. D’autres causes peuvent entrer en compte, comme le stress, le tabac, l’exposition intense au soleil ainsi que des facteurs climatiques… Et l’expression « se faire des cheveux blancs » prend soudainement tout son sens.

Si certaines personnes se seraient bien passées de ce changement, il est pourtant nécessaire pour rester en bonne santé. Car s’ils devaient accumuler leur stress oxydatif plus longtemps, les mélanocytes auraient un risque plus élevé de muter en cellules tumorales. Leur élimination, qui se manifeste par le grisonnement des cheveux, serait donc un mécanisme de défense contre ce danger.

Source : Science et Avenir