in

Pour déterminer quel est son meilleur miel, un apiculteur a laissé un ours sauvage choisir

L'ours affamé s'est directement dirigé vers le miel d'Anzer ! Crédits : capture YouTube / Kahve ile

Un apiculteur turc est confronté à un problème récurrent : un ours vient régulièrement dans son exploitation la nuit pour déguster son miel. L’apiculteur démuni a décidé de tirer parti de la situation en transformant l’animal en testeur de miel !

Déterminer le meilleur miel de la production

Ibrahim Sedef est un ingénieur agronome et apiculteur vivant à Trabzon (Turquie). Ce passionné d’abeilles a récemment été dérangé dans son travail par un ours affamé visitant son exploitation durant la nuit afin de dévorer son miel. Ibrahim Sedef a réagi en installant des cages métalliques afin de protéger davantage les ruches, mais l’ours a tout de même réussi à accéder à la production.

L’apiculteur a finalement pris la chose avec philosophie et s’est montré joueur, comme l’explique le quotidien Hurriyet Daily News dans un article du 25 août 2019. L’homme a décidé de trouver un intérêt à cette situation visiblement sans issue. Ainsi, l’ours-voleur s’est transformé en ours-testeur !

Crédits : Ajale / Pixabay

Des goûts de luxe

Ibrahim Sedef a sélectionné quatre miels de sa production et les a placés dans autant de récipients disposés sur une table à l’extérieur. À l’attention de l’ours chapardeur, cette douceur n’a qu’un objectif : déterminer quel miel est le meilleur. Par ailleurs, la dégustation a été immortalisée en vidéo à l’aide d’une caméra à vision nocturne (voir en fin d’article). Selon l’apiculteur, l’ours a été davantage séduit par le miel d’Anzer, un des miels les plus chers du marché !

Cependant, Emrah Çoban de l’ONG Kuzey Doğa Association s’est penché sur la question et a donné son point de vue. L’intéressé a indiqué que les ours pouvaient choisir le miel d’Anzer un jour et le miel de fleur le lendemain. En réalité, seule une étude scientifique menée sur le long terme pourrait apporter de vraies réponses. En revanche, ce dernier a reconnu que les ours avaient le nez fin.

Par ailleurs, Ibrahim Sedef dit avoir identifié non pas un, mais cinq ours différents lui rendant visite la nuit depuis mars 2019. Cela en fait des bouches à nourrir ! L’apiculteur a également déclaré avoir effectué un test avec du pain de son de la région, du pain au levain et du pain de supermarché. Les ours auraient largement préféré le pain de son traditionnel.

Articles liés :

Faux miel en magasin, bientôt la fin de l’arnaque sur l’étiquette ?

Les fascinantes photos d’une espèce d’abeille qui fait sa sieste dans les fleurs !

75 % du miel mondial contiendrait des pesticides néfastes aux abeilles !