in

Une photographe belge capture l’intimité d’un couple de lions gay

Les relations homosexuelles et bisexuelles entre les animaux sont documentées et étudiées par de nombreux scientifiques. Les lions font partie des 450 espèces parmi lesquelles l’homosexualité a été observée. Ces deux lions au Botswana, en Afrique australe, ont  d’ailleurs été photographiés lors d’innombrables moments d’amour. 

C’est au coucher du soleil qu’une avocate et photographe belge, Nicole Cambré, a pris quelques photographies d’instants d’intimité animale. Elle a publié sur son site 7 photos et 3 vidéos des deux félins dans une série de clichés qu’elle a intitulée «True Love», elle a obtenu le premier prix du Wildlife Discovery of the Year. 

Le guide de son safari photographique lui a expliqué que ces deux mâles présents dans la zone depuis une semaine n’avaient montré aucun intérêt pour les lionnes. Interrogé par le Guardian Liberty Voice, le zoologiste Petter Bøckman rappelle que l’hétérosexualité exclusive n’a été démontrée chez aucune espèce à reproduction sexuée. L’homosexualité animale apparaît donc de plus en plus comme une donnée tout à fait naturelle. Il s’avère même que certains couplent d’animaux gay « adoptent » des petits pour ensuite les élever à deux.

Crédits : © Nicole Cambré / withinafrica.com
Crédits : © Nicole Cambré / withinafrica.com

Il y a quelques temps, nous avions déjà parlé d’un couple de pingouins qui faisait sensation en Israël. En effet, chez les pingouins, l’homosexualité est moins répandue que dans les autres espèces, surtout en captivité. Ces deux-là sont pourtant inséparables, elles se bécotent et se sautent régulièrement dessus. Elles ont également adopté le comportement de deux parents qui nichent des œufs bien qu’elles n’en aient pas. Les ethnologues savent depuis longtemps que les dauphins, les zèbres, les éléphants de mer ou les caméléons montrent ces ébats régulièrement dans les parcs zoologiques. Les spécialistes ont même déjà observé des couples d’oies sauvages dont une des femelles s’accouple avec un mâle pour pouvoir élever les bébés avec sa partenaire. Les manchots mâles n’ont quant à eux aucun problème à vivre entre eux, adopter les œufs des autres et se les prêter.

On ne peut pas s’empêcher de se rappeler les débats de société autour de l’homosexualité dont certains disaient qu’elle n’est « pas naturelle », ou encore qu’elle « n’existe pas dans le règne animal » et que c’est « contre nature ». Ces opinions sont encore répandues, mais la nature n’a pas fini de faire mentir ces personnes.

Source: Huffingtonpost ; Linternaute