in

En phase terminale d’un cancer, une britannique de 14 ans a obtenu le droit d’être cryogénisée

Crédits : U.S. Air Force photo/Tech. Sgt. Bennie J. Davis III

Alors qu’elle souffrait d’un cancer en phase terminale, une jeune britannique de 14 ans a obtenu de la justice, peu avant sa mort, le droit d’être cryogénisée avec l’espoir qu’à l’avenir, la médecine puisse la ressusciter et la soigner.

La cryogénisation, ou cryonie, est un procédé de conservation de tout ou partie d’un être vivant dans l’azote liquide, à des températures extrêmement basses, −196 °C, dans l’espoir de pouvoir les ressusciter ultérieurement. À ce jour, on estime à environ 300 le nombre de personnes cryogénisées, qui « attendent » donc à l’intérieur de caissons réfrigérés, en état de cryogénisation. Aux États-Unis, il ne peut être pratiqué que sur des humains pour lesquels un certificat de décès a été signé, et si le stade de mort clinique n’est pas encore trop avancé.

En Grande-Bretagne, une adolescente de 14 ans souffrant d’un cancer en phase terminale a obtenu devant la justice britannique le droit le droit d’être cryogénisée, dans l’espoir que la médecine du futur puisse la ressusciter et la soigner. Une décision qui a été prise en octobre dernier par le juge Peter Jackson, de la Haute Cour de Londres, et qui a été rendue publique ce vendredi 18 novembre 2016, comme l’a souhaité la jeune fille avant sa mort.

« J’ai seulement 14 ans et je ne veux pas mourir, mais je sais que je vais mourir. Je crois que le fait d’être cryo-conservée me donne une chance d’être soignée et de me réveiller, même si c’est dans plusieurs centaines d’années » avait écrit l’adolescente, alors atteinte d’une forme rare de cancer, dans une lettre adressée au juge, relayée par 7sur7.

Un souhait de la jeune fille qui avait mis du temps avant de convaincre son père. « Même si le traitement réussit et qu’elle est ramenée à la vie dans, disons 200 ans, elle pourrait n’avoir aucun proche autour d’elle et ne se souvenir de rien« , avait-il déclaré devant la cour, avant de finalement évoluer vers une position compatible avec celle de sa fille.

Le corps de la jeune fille, qui n’avait pu assister à la dernière audience du mois d’octobre, a désormais été transféré aux États-Unis, dans un établissement spécialisé en cryogénisation. Dans sa requête, l’adolescente demandait à la justice de donner à sa mère tous pouvoirs pour prendre les dispositions relatives à sa dépouille.

« C’est un exemple des nouvelles questions que la science pose à la loi« , a déclaré le juge Peter Jackson, saluant au passage le courage dont la jeune fille avait preuve face à l’épreuve qu’elle vivait.