in

Les oiseaux ont des capacités cognitives hors du commun !

Crédits : Capture vidéo

Une récente étude a démontré que les oiseaux font preuve de capacités cognitives impressionnantes compte tenu de la taille de leur cerveau, en comparaison aux mammifères. Il semblerait qu’un nombre élevé de neurones pourrait expliquer cette étonnante conclusion.

Saviez-vous que le perroquet Ara avait un cerveau de la taille d’une noix (sans sa coque) et qu’il serait aussi intelligent qu’un macaque qui, pour sa part, dispose d’un cerveau de la taille d’un citron ?

Cette conclusion est celle de chercheurs de l’Université Charles située à Prague (République Tchèque). Selon leurs recherches, « les oiseaux possèdent davantage de neurones que les mammifères, y compris les primates », en comparant les différents cerveaux de manière proportionnelle en termes de poids et de taille. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) ce 13 juin 2016.

Pas moins de 28 espèces d’oiseaux ont été testées, les chercheurs ayant comptabilisé la quantité de leurs neurones. Parmi ces espèces, on retrouve une importante diversité, allant du minuscule diamant mandarin (Taeniopygia guttata) au perroquet jaco (Psittacus erithacus) en passant par l’émeu d’Australie (Dromaius novaehollandiae) ou encore le très commun pigeon des villes (Columba livia).

Les experts ont séparé les lobes cérébraux de ces oiseaux, avant de les dissoudre dans une solution détergente, pour un résultat qualifié de « soupe de cerveau » par Suzana Herculano-Houzel, neurobiologiste à l’Université Vanderbilt (États-Unis) et co-auteur de l’étude. Ainsi, les cellules neuronales en suspension ont pu être comptabilisées.

Les petits cerveaux des oiseaux contiennent, selon les espèces, entre 136 millions et 3,14 milliards de neurones, soit au minimum deux fois plus que les primates, ces derniers ayant un cerveau 20 fois plus gros, et quatre fois plus que les rongeurs, pour une taille de cerveau similaire. Incroyable !

Une seconde découverte a été faite au passage : le cerveau des oiseaux est plus réduit que celui des mammifères, mais d’une façon « optimisée » :

« Ses cellules nerveuses sont plus petites et reliées par des connexions plus courtes », peut-on lire dans les résultats de l’étude.

Une hypothèse a été formulée : afin de faciliter la capacité de voler des oiseaux, ces derniers ont un cerveau plus « concentré ». Le plus étonnant est que l’importante densité neuronale servirait à développer les capacités cognitives des oiseaux, comme les fonctions d’apprentissage de langage, de manipulation des nombres, d’utilisation d’outils, et faire preuve d’anticipation des événements ou encore d’empathie.

« Par exemple, les oiseaux sont capables d’estimer ce que les autres pensent, on appelle cela la théorie de l’esprit » explique Suzana Herculano-Houzel.

Promis, plus personne ne traitera quelqu’un de « cervelle de moineau » !

Sources : Science et AvenirLa Presse