in

Les oeufs de ce petit dinosaure étaient bleus, et voici pourquoi

Crédits : iStock

Une étude publiée dans le journal PeerJ révèle qu’au moins une espèce de petits dinosaures pondait des œufs bleus-verts à l’instar de quelques oiseaux modernes. Une manière pour la nature de camoufler les coquilles en terrains ouverts ? 

Il y a quelques années, des chercheurs canadiens ont démontré expérimentalement que chez le merle d’Amérique, le mâle prend davantage soin de ses oisillons s’ils sont issus d’œufs bleu vif, gage de la bonne santé de sa femelle. Et si c’était également le cas chez certains dinosaures ? Nous savons que la couleur bleue des œufs de certains oiseaux modernes est due à la biliverdine, un pigment déposé sur la coquille de l’œuf lorsque la femelle pond. Un autre pigment, la protoporphyrine, provoque une coloration rouge et brune. En utilisant la spectrométrie de masse pour analyser le nid fossilisé, des chercheurs ont constaté que ces deux pigments étaient présents dans les coquilles d’œuf de Heyuannia, un petit dinosaure de la famille des oviraptoridés, un groupe de théropodes à plumes qui vivait à la fin du Crétacé supérieur en Chine du Sud.

La découverte renverse ici une hypothèse commune : « Tout le monde a cru que les œufs de dinosaures étaient blancs », explique l’auteur coauteure Jasmina Wiemann à l’Université de Yale, même si les œufs de dinosaures fossilisés sont généralement marron ou noir à cause des minéraux comme le fer et l’oxyde de fer présents dans les sols qui tachent les coquilles pendant le processus de fossilisation. Mais il s’avère que les œufs de Heyuannia ont une teinte bleue non présente sur d’autres œufs.

Crédits : PeerJ / Wiemen et al.

Aujourd’hui, la couleur des œufs permet de les camoufler dans des nids généralement établis en terrains ouverts. Et ces nids terrestres sont pour la plupart surveillés par les mâles de l’espèce. En ce sens, la coloration bleue des œufs de Heyuannia suggère une structure de nidification similaire avec des mâles dévoués à leurs progénitures. Cette hypothèse ne peut cependant être confirmée par des preuves fossiles, mais c’est une possibilité qui a déjà été soulevée après l’analyse des nids de théropodes. Cette dernière découverte renforce ici l’idée que certains dinosaures étaient de vrais papas-poules.

Source