in

Deux missions vont étudier la météorologie spatiale menaçant la Terre

Crédits : NASA

Deux nouvelles missions d’exploration récemment dévoilées viseront à améliorer notre compréhension des interactions complexes entre la Terre et le Soleil. Le but : mieux prédire la “météo spatiale” susceptible de menacer notre planète.

Comprendre la physique qui alimente le vent et les explosions solaires, y compris les éruptions et les éjections de masse coronale, pourrait un jour aider les chercheurs à prédire ces événements susceptibles de menacer la technologie humaine et l’intégrité physique des astronautes. Dans cet esprit, deux nouvelles missions d’héliophysique ont récemment été approuvées par la NASA.

Courants électriques

La première mission, baptisée EZIE (pour Electrojet Zeeman Imaging Explorer), impliquera le déploiement de trois cubesats en orbite terrestre. Ces derniers seront chargés d’étudier les courants électriques dans l’atmosphère terrestre associés à l’activité aurorale et à la magnétosphère de notre planète. Les satellites se concentreront notamment sur l’électrojet auroral, un courant électrique qui atteint la magnétosphère et traverse l’atmosphère à des altitudes comprises entre 97 et 145 km, pour déterminer la manière dont il évolue dans le temps.

Malgré des décennies de recherche, nous ne comprenons toujours pas la configuration de base des courants électriques qui sont au coeur des interactions entre la Terre et l’espace environnant“, explique Jeng-Hwa Yee de l’Université Johns Hopkins. “C’est un problème d’importance universelle puisqu’il s’applique à tout corps magnétisé tel que Mercure, Saturne et Jupiter, mais il a aussi une importance pratique puisque ces courants ont un impact profond sur nos technologies dans l’espace et ici sur Terre“.

Le lancement d’EZIE est prévu pour le mois de juin 2024.

missions soleil terre météo spatiale cubesats
Illustration d’artistique de la mission EZIE avec le déploiement de ces trois cubesats. Crédits : NASA / Johns Hopkins APL

Rayonnement UV

La seconde mission, baptisée EUVST (pour Extreme Ultraviolet High-Throughput Spectroscopic Telescope Epsilon Mission), impliquera cette fois l’envoi d’un satellite visant à analyser le spectre du rayonnement ultraviolet extrême de notre étoile. Des instruments à bord examineront notamment la manière dont le vent solaire émerge de l’atmosphère du Soleil (la couronne solaire) et se propage dans l’espace. Les chercheurs utiliseront ensuite ces données pour déterminer la manière dont ces processus affectent l’atmosphère terrestre.

Selon la NASA, ce “satellite d’observation solaire de nouvelle génération” aura la résolution et la sensibilité les plus élevées de tous les spectromètres UV précédents.

L’Agence spatiale japonaise (JAXA) dirigera cette mission. L’agence américaine contribuera quant à elle au projet à hauteur de 55 millions de dollars, développant un détecteur UV, des pièces pour le spectrographe, un télescope guide, un logiciel et un système d’imagerie pour contextualiser les mesures spectrographiques. Son lancement est prévu en 2026.