in

Michael Phelps perd sa « course » au 100 mètres contre un grand requin blanc

Capture vidéo

Opposé à un grand requin blanc sur un 100m au large des côtes d’Afrique du Sud, Michael Phelps a été battu de deux secondes. Mais était-ce vraiment une vraie course ? Non. Mais un sacré coup de pub.

Michael Phelps est un monstre, une légende, un nageur hors norme. Après 23 médailles d’or olympiques – ce qui fait de lui le sportif le plus médaillé de l’histoire des J.O, qui d’autres que le nageur américain pour se mesurer au grand requin blanc ? Discovery Channel l’avait annoncé : la chaîne organiserait une incroyable course opposant le champion olympique au requin désormais célèbre pour ses faibles effectifs. L’affrontement au sommet a bien eu lieu, mais à distance. Le reste n’est qu’une histoire de montage et d’effets spéciaux. Car franchement qui serait assez fou pour se mesurer au squale en conditions réelles ? C’est pas très Coubertin, c’est sûr, mais on ne prend aucun risque, au moins.

« En effet, nous ne sommes pas dans l’eau exactement au même moment. Je pense que c’est ce que tout le monde voulait savoir – j’étais en sécurité, c’est le plus important« , a confié le nageur à Good Morning America le jeudi 20 juillet. Il a toutefois assuré que cette « course » avait été « l’une des plus difficiles de sa carrière à cause de la température basse de l’eau et de l’attente ».

Ainsi Michael Pheps n’a pas réellement nagé aux côtés du grand blanc. Celui-ci a d’abord été filmé seul au large des côtes sud-africaines. Phelps a ensuite piqué une tête en pleine mer sur la même distance que l’animal (100 mètres), les deux pieds joints dans une monopalme pour mimer le mouvement d’un squale. La palette graphique des informaticiens s’est ensuite illustrée : le champion et le requin baignant désormais dans la même image, séparés par une ligne de bouées, comme dans un bassin olympique. Michael Phelps aura finalement perdu son 100 mètres à une nageoire près. Il faut dire qu’un phoque attendait le squale au bout de la ligne pour appâter l’animal.

Source