in

Un pilote écrit « RELAX » avec une trajectoire de vol le long de la frontière ukrainienne

Crédits : Flightradar 24

Dans une tentative de calmer les tensions croissantes liées aux craintes relatives à une invasion russe de l’Ukraine, un pilote a récemment écrit le mot « RELAX » avec son avion le long de la frontière moldave voisine, traçant les lignes avec sa trajectoire de vol.

Leçon de paix par Air Moldova

Vous connaissez probablement le GPS Art ou GPS Drawing, une tendance qui se développe de plus en plus parmi les sportifs connectés. Concrètement, cela consiste à réaliser un dessin grâce à son tracker GPS de course à pied, en courant, en marchant ou pédalant à vélo. Cette fois-ci, direction les airs.

Un avion de passagers évoluant près de la frontière Moldave-ukrainienne s’est en effet embarqué dans une mission tout à fait improbable le 17 février dernier, exhortant tout le monde à « se détendre » face aux craintes croissantes d’une guerre entre les deux pays.

Le message du pilote était visible grâce Flightradar 24, un site de suivi des vols en direct qui partage occasionnellement tous les messages curieux qu’il enregistre, des messages d’amour à la Saint-Valentin à ceux célébrant le déploiement des vaccins anti-Covid. Certains en profitent même pour régler leurs comptes.

Cet avion d’Air Moldova, qui porte également l’indicatif d’appel RELAX, avait décollé de Chisinau, la capitale de la Moldavie, pour un vol d’une heure et quarante minutes à plus de trois mille mètres d’altitude.

Région sous hautes tensions

Visiblement, ce message n’aura pas suffi à apaiser les tensions dans la région. Les Européens et les Américains accusent toujours Moscou de se préparer à « une attaque » en Ukraine. Selon les analystes, Vladimir Poutine considère en effet que les anciens pays satellites doivent rester dans le giron russe, et que les Ukrainiens et les Russes ne forment qu’un même peuple. De fait, le Kremlin serait donc légitime pour décider de son sort.

La Russie rejette quant à elle ces accusations, affirmant se défendre contre toute expansion de l’OTAN dans les anciens pays de l’URSS. Le Kremlin estime en effet qu’il s’agirait d’une menace pour le pays déjà très encerclé par les bases de cette organisation.

Ce jeudi, l’armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes se sont mutuellement accusés de bombardements dans l’est de l’Ukraine. D’un côté, l’armée ukrainienne a accusé les combattants séparatistes d’avoir visé « avec un cynisme particulier » la localité de Stanitsa Louganska, touchant notamment une école maternelle. Les autorités de la région séparatiste de Lougansk ont quant à elles accusé l’armée ukrainienne d’essayer de « pousser le conflit vers une escalade« .