in

Manger des pommes et des tomates peut aider à réparer les poumons des ex-fumeurs

Crédits : iStock

Une étude signée de l’école de santé publique Bloomberg de l’Université Johns-Hopkins à Baltimore (Etats-Unis), révèle que le déclin naturel de la fonction pulmonaire sur une période de 10 ans est plus lent chez les anciens fumeurs ayant une alimentation riche en tomates et en fruits, en particulier les pommes.

Non fumeurs et anciens fumeurs, mangez des tomates et des pommes. Une étude menée sur 10 années constate en effet que les adultes qui mangent en moyenne plus de deux tomates, ou plus de trois portions de fruits frais par jour – en particulier les pommes – subissent une baisse plus lente de la fonction pulmonaire, par rapport à ceux qui mangent moins d’une tomate ou portion de fruit par jour. Les chercheurs se sont également penchés sur d’autres sources alimentaires telles que les plats et aliments transformés contenant des fruits et légumes (par exemple la sauce tomate), mais l’effet protecteur n’a été observé qu’avec les fruits et légumes frais.

« Cette étude montre que l’alimentation peut aider à réparer les dommages pulmonaires chez les personnes qui ont arrêté de fumer et suggère qu’une alimentation riche en fruits peut ralentir le processus de vieillissement naturel du poumon, même si vous n’avez jamais fumé », explique Vanessa Garcia-Larsen, professeure au département de santé internationale de l’école Bloomberg et auteure principale de l’étude. « Les résultats appuient le besoin de recommandations alimentaires, en particulier pour les personnes à risque de développer des maladies respiratoires telles que la maladie pulmonaire obstructive chronique ».

Les chercheurs ont pour cette étude évalué le régime alimentaire et la fonction pulmonaire de plus de 650 adultes en 2002, avant de répéter les tests sur le même groupe de participants 10 ans plus tard. Ces derniers, issus de trois pays européens – l’Allemagne, la Norvège et le Royaume-Uni – ont rempli des questionnaires évaluant leur régime alimentaire et leur apport nutritionnel global. Ils ont également subi une spirométrie, procédure qui mesure la capacité des poumons à absorber l’oxygène.

Crédits : stevepb / Pixabay

Les tests ont ici recueilli deux mesures standards de la fonction pulmonaire : le volume expiratoire maximal en 1 seconde (VEMS), qui mesure la quantité d’air qu’une personne peut expulser de ses poumons en une seconde, et la capacité vitale forcée (CVF), la quantité totale d’air qu’une personne peut inhaler en 6 secondes. L’étude a également contrôlé des facteurs tels que l’âge, la taille, le sexe, l’indice de masse corporelle (un indicateur de l’obésité), le statut socio-économique, l’activité physique et l’apport énergétique total de chaque participant.

Ainsi les tomates et les pommes, riches en antioxydants, seraient vraiment bénéfiques pour nos poumons. « La fonction pulmonaire commence à décliner vers l’âge de 30 ans à vitesse variable selon la santé générale et spécifique des individus », note la chercheuse. « Notre étude suggère que manger plus de fruits régulièrement peut aider à atténuer ce déclin avec l’âge, allant même jusqu’à réparer les dommages causés par le tabagisme ».

Vous retrouverez tous les détails de cette étude dans le numéro de décembre de l’European Respiratory Journal.

Source