in ,

l’Hydre, un polype d’eau douce indestructible

Crédits : Przemysław Malkowski / Wikimedia Commons

Une équipe de scientifique de l’Université de Californie a mis au jour récemment les formidables capacités de régénération d’un petit organisme aquatique : l’Hydra viridis, plus connu sous le nom d’Hydre.

Cet animal tire son nom à la fois de son aspect et du fonctionnement de son organisme. On ne peut que noter sa ressemblance frappante avec l’Hydre de Lerne, monstre mythologique aux multiples têtes. De plus, comme ce dernier, elle est capable de faire repousser une partie de son corps quand celle-ci est coupée.

Dans la légende, il suffit à Hercule de cautériser les moignons des têtes coupées de l’Hydre de Lerve à l’aide d’un tison pour les empêcher de repousser. Cependant, l’Hydra viridis va plus loin, car les chercheurs sont allés jusqu’à en passer un spécimen au mixeur. À leur grande surprise, de multiples organismes indépendants se sont alors mis à apparaître dans la bouillie ainsi créée.

L’explication à cette formidable capacité se trouve dans la structure même du corps de l’animal. Sa tête ne contient pas un cerveau, mais de multiples « cellules de commandement ». Même éparpillées, ces dernières sont capables d’organiser les cellules autour d’elles en un corps tout neuf.

Il n’y a plus qu’à attendre de possibles applications de cette découverte dans des champs aussi diverses que la médecine ou les bio-technologies.

Monticules de cellules Hydra après 24 heures (en haut), et nouveau Hydres prendre forme après 96 heures (en bas). Les cellules en bleu qui font partie des nouveaux centres de commandement à la tête. Crédit: Ulrich Technau / PNAS
Une bouillie de cellules Hydra après 24 heures (en haut), et de nouveaux Hydres qui prennent forme après 96 heures (en bas). Les cellules en bleu font partie des nouveaux centres de commandement. Crédit: Ulrich Technau / PNAS

Source : Phys