in

Les déplorables conditions de vie des orques en captivité visées par de nouvelles plaintes

Crédits : Capture vidéo

Blessures camouflées avec de la peinture, peau brûlée par le soleil ou encore utilisation de drogues, les conditions de vie des orques dans les parcs aquatiques SeaWorld (États Unis) sont encore pointées du doigt par de nouvelles plaintes.

Déjà à l’origine de nombreux scandales concernant les désastreuses conditions de vie des orques en captivité, les parcs aquatiques américains SeaWorld font l’objet de nouvelles plaintes, dont celle de Joyce Kuhl qui a souhaité la rendre publique. C’est dans le parc d’Orlando, en Floride, que cette grand-mère résidant en Caroline du Sud a découvert dans les coulisses de SeaWorld « la triste vérité » comme elle le dit.

Dans sa plainte, elle décrit les conditions inacceptables de captivité de ces êtres majestueux, affirmant notamment que les orques sont laissées dans des bassins d’un peu plus de 2 mètres de profondeur où elles passent le plus clair de leur temps à rôtir. Si peu de profondeur provoque en elles de sérieuses brûlures. Des brûlures peu esthétiques que le public ne doit pas voir, alors pour les dissimuler, les dresseurs recouvriraient leur peau avec de l’oxyde de zinc noir.

Dans une interview accordée au Guardian, Joyce Kuhl affirme aussi avoir vu des orques se frapper la tête contre les parois de leur bassin et faire grincer leurs dents sur les murs et les sols jusqu’à ce qu’elles tombent. Extrêmement frustrées, les orques se montrent aussi agressives, alors on leur donne de puissants calmants. Dans sa plainte, Mme Kuhl demande à être remboursée de sa place, ainsi que celle des millions d’autres visiteurs de SeaWorld, trompés par une publicité mensongère qui laisse croire que les orques mènent une vie heureuse.

Il s’agit là de la deuxième plainte visant les parcs aquatiques SeaWorld en moins d’un mois ! En effet, une autre plainte visant le parc de Californie accuse la compagnie de publicité mensongère quand ils affirment que leurs orques sont heureuses. De son côté, SeaWorld nie toutes les accusations et affirme que le bien-être des animaux est respecté, accusant même l’association de défense des animaux PETA d’orchestrer ce type d’informations.

En France, l’association « C’est Assez » organise le 12 juillet prochain une grande manifestation en face du parc aquatique Marineland à Antibes (cliquez sur le lien pour plus d’informations) pour « sensibiliser le public, les médias et les politiques à la condition des cétacés captifs ». Une manifestation à laquelle participera Ric O’Barry, ancien dresseur des dauphins de la série Flipper et devenu le plus fervent activiste de la lutte contre la captivité des cétacés depuis plus de 40 ans.

En 2013, le documentaire « Blackfish » avait commencé à éveiller les esprits sur cette activité, levant le voile sur les conditions de capture et de vie des orques qui peuplent ce type de parcs à thème, où des êtres à l’intelligence élevée sont réduits à n’être rien que des bêtes de foire. « Blackfish », un documentaire à ne pas ignorer, dont voici la bande-annonce :

Sources : theguardianrtl

Notez cet article