in

Les araignées détiennent peut-être le secret des antalgiques de demain

Crédits : geralt / Pixabay

Les araignées, vous en avez peur ? Des chercheurs australiens viennent d’identifier dans leur venin sept composés prometteurs bloquant une étape-clé dans la transmission des signaux de la douleur au cerveau. Voyez, quand on peut s’entendre!

Elles sont environ 45 000 espèces à cohabiter avec nous. Beaucoup les redoutent et pourtant, leur venin détiendrait peut-être la clé de la prochaine génération d’antalgiques. Une étude parue dans le British Journal of Pharmacology identifie sept composés prometteurs.

Pourquoi avons-nous mal ? La douleur se ressent lorsque les nerfs de la zone affectée envoient un signal au cerveau (le circuit de la douleur). Chez certains, une partie de ce circuit est altérée. « Des recherches précédentes ont démontré qu’une mutation génétique qui affecte les canaux Nav1.7 [présents sur la membrane cellulaire] rend insensible à la douleur », explique dans un communiqué le Pr Glenn King. « Bloquer ces canaux pourrait potentiellement désactiver la douleur chez les personnes dont les circuits de la douleur sont normaux« .

Partant de ce principe, les chercheurs ont ainsi analysé les venins de 206 espèces d’araignée. Résultat : 40 % contenaient un produit bloquant les canaux Nav1.7. L’un des composés intéresse particulièrement nos scientifiques. Plus puissant que les autres, il présente une structure chimique beaucoup plus stable face à la chaleur et aux produits chimiques. Un candidat idéal pour devenir un analgésique.

« Exploiter cette source naturelle de nouveaux traitements apporte un réel espoir d’accélérer le développement d’une nouvelle classe d’antalgiques qui peuvent aider les gens qui souffrent de douleurs chroniques qui ne peuvent être traitées avec des options de traitement actuelles », conclut le Dr Julie Klaae Klint, qui a participé aux recherches. Une avancée majeure et prometteuse, puisqu’une personne sur cinq est concernée dans le monde. Les araignées, bientôt nos nouvelles meilleures amies ?

Source : onlinelibrary