in ,

Les 10 villes fantômes à visiter absolument !

Crédits : Wikimedia Commons

L’exploration urbaine (Urbex), qui s’intéresse en général aux lieux abandonnés, comporte une catégorie concernant les villes fantômes, ces cités laissées à la nature pour diverses raisons. Voici les 10 villes fantômes à voir absolument dans le cadre de cette activité de tourisme très spéciale.

Pripiat (Ukraine)

La ville de Pripiat, a été abandonnée il y a une trentaine d’années après la catastrophe de Tchernobyl en 1986, où le réacteur N°4 de la centrale nucléaire est entré en fusion. La catastrophe a propagé dans l’atmosphère l’équivalent radioactif de 400 fois la bombe d’Hiroshima. Fondée en 1970, Pripiat est une ville purement soviétique qui accueillait les travailleurs de la centrale, tandis que près de 10 ans plus tard, la population dépassait 20.000 âmes.

Malgré le fait que certaines personnes soient retournées dans la ville de Tchernobyl (615 habitants en 2015) après la catastrophe, Pripiat, située à 3km de là, est quant à elle réellement déserte. En effet, son taux de radiation est 72 fois supérieur au taux maximal de sécurité, la plus forte valeur mesurée autour de la centrale, dont une zone d’exclusion alentour de 30km avait été mise en place.

Et pourtant, la nature a repris ses droits puisque la végétation et certains animaux sont les seules traces de vie dans Pripiat. Il est possible de visiter la ville depuis plusieurs années, via des agences de tourisme spécialisées bien que le danger soit grand, en particulier pour les enfants.

Source : Domaine public
Source : Domaine public
Source : stahlmandesign sur Flickr
Source : stahlmandesign sur Flickr

Belchite (Espagne)

Le village de Belchite situé dans la province de Saragosse dans le nord-est de l’Espagne a été détruit lors de la bataille de Belchite en 1937. Les ruines des bâtiments ont été conservées et sont ouvertes aux touristes. À savoir que le village à été reconstruit autour des vestiges de l’ancien.

Source : Roberto Latxaga sur Flickr
Source : Roberto Latxaga sur Flickr

Kolmanskop (Namibie)

La ville aujourd’hui fantôme de Kolmanskop a été construite en 1908 dans le désert du Namib. Les colons allemands en avaient fait une base pour l’exploitation du diamant. Très active jusqu’en 1920, la cité a doucement décliné au cours du XXe siècle pour être finalement avalée par le désert. A savoir qu’à son époque la plus active, Kolmanskop importait l’eau potable depuis la ville du Cap (Afrique du Sud), donc sur une distance de 1000 kilomètres.

Source : Harald Süpfle pour Wikipedia
Source : Harald Süpfle pour Wikipedia

Varosha (Chypre)

Varosha est une station balnéaire chypriote abandonnée en 1974 après l’occupation militaire de la partie nord de l’île par la Turquie, précédant la proclamation de République turque de Chypre du Nord en 1983.

Bâtie en 1972, Varosha, qui n’est qu’un quartier de la ville de Famagouste, n’aura vécu que deux petites années. L’auteur américain Alan Weisman décrit la situation sur place dans son ouvrage intitulé Homo disparitus, traitant de la dégradation des immeubles, de la pousse des végétaux ou encore de la faune reconquérant l’espace.

Source : Julienbzh35 pour Wikipedia
Source : Julienbzh35 pour Wikipedia

Doel (Belgique)

Cette ville belge est moderne et techniquement habitable. Cependant, elle a été évacuée en 1999 dans l’attente d’être démolie pour faire place au projet d’élargissement du port d’Anvers (nouvelles infrastructures portuaires). Mais depuis, rien n’a été fait car la population a rejeté l’idée, si bien que le lieu est devenu un temple du graffiti pour les passionnés de street-art.

Source : Romany WG sur Flickr
Source : Romany WG sur Flickr

Hashima (Japon)

Hashima est une île du sud du Japon surnommée « Gunkanjima » (île navire de guerre). Après la découverte d’un gisement houiller en 1887, la marque Mitsubishi en fait l’acquisition en 1890. Suite à la baisse de l’activité minière, l’île est définitivement abandonnée en 1974 et complétement bouclée jusqu’en 2009. Depuis, il est possible de la visiter.

Source : kntrty sur Flickr
Source : kntrty sur Flickr
Source : Jordy Meow pour Wikipedia
Source : Jordy Meow pour Wikipedia

Bodie, Californie (États-Unis)

Le village de Bodie a été fondé en 1859 et n’était à la base qu’un petit camp minier perdu à 120km au sud-est du Lake Tahoe, et ce à une altitude de 2550 m. Devenue une ville de 10.000 âmes incarnant la ruée vers l’or du XIXe siècle, Bodie a été désertée dans les années 1950. Aujourd’hui, la ville est préservée dans ce que l’on appelle un « état de délabrement arrêté » et l’on estime à 5 % les bâtiments d’époque restés intacts.

Crédits : Wikipedia
Crédits : Wikipedia

Agdam (Azerbaïdjan)

Agdam est une ancienne ville qui comptait environ 30.000 habitants située dans l’enclave ethnique (composée à 80% d’arméniens) du Haut-Karabagh en Azerbaïdjan. Ayant déclaré son indépendance le 2 septembre 1991, le Haut-Karabah n’est pas reconnu par la communauté internationale. Quoi qu’il en soit, la ville d’Agdam a vu sa population fuir vers l’est lors de la Guerre du Haut-Karabagh (1988-1994), la laissant en ruine aux mains de la nature.

Source : Joaoleitao pour Wikipedia
Source : Joaoleitao pour Wikipedia

Kadykchan (Russie)

Kadykchan a été construite par des prisonniers de la Seconde Guerre mondiale envoyés au goulag. Par la suite, elle a accueilli des mineurs venus en nombre pour extraire le charbon destiné à fournir de l’énergie à la centrale électrique d’Arkagalinskaya. Après la chute de l’URSS, l’activité minière à chuté et la population a déserté.

Entre 1986 et 2007, la population est passée de 10.270 à 287. Déclarée officiellement ville fantôme en 2010, il semblerait tout de même qu’un résident ait été signalé en 2012.

Source : Laika ac pour Wikipedia
Source : Laika ac pour Wikipedia

Sanzhi Pod City (Taïwan)

Situé dans le district de Sanzhi à New Taipei City, le projet Sanzhi Pod City était un centre de vacances futuriste construit en 1978 puis abandonné en 1980 sans avoir été inauguré, et ce après la faillite de l’entreprise responsable de son exploitation.

Ce site était surnommé « maisons UFO » pour sa ressemblance avec des engins spatiaux non identifiés alors que bon nombre de taïwanais pensent que cette ville fantôme est aujourd’hui réellement habitée par… des fantômes. En effet, les lieux construits par l’Homme aujourd’hui abandonnés seraient fréquentés par des fantômes, selon les croyances locales. Le complexe a été détruit entre 2008 et 2010, il n’est donc plus possible de le visiter.

2447216547_7ccd3e7a42_z
Source : Carrie Kellenberger sur Flickr
2448029466_09d948f957_z
Source : Carrie Kellenberger sur Flickr

Sources : Easy Voyage – Topito