in

Quel serait l’endroit idéal pour une future base lunaire ?

Crédits : iStock

Des tubes de lave lunaire pourraient avoir été découverts près du pôle nord de notre satellite. Si la nouvelle venait à se confirmer, ceux-ci pourraient permettre, en plus d’une protection contre les rayons nocifs, un accès facile à de la glace d’eau. L’endroit idéal pour une future base lunaire.

C’est la première étape avant d’envisager un voyage sur Mars. Entre les projets de la NASA, de l’Agence spatiale nationale chinoise, de l’Agence spatiale européenne et ceux de l’agence russe Roscosmos, les chances de voir bientôt s’élever sur la Lune une base humaine permanente sont immenses. Naturellement, ces plans ont soulevé des questions sur l’emplacement de bases scientifiques. Jusqu’ici, les principaux prétendants à cette fonction ont été des tubes de lave repérés à divers endroits à la surface de la Lune et dans les régions polaires.

Si ces régions sont ombragées en permanence et semblent contenir beaucoup d’eau glacée, des tubes de lave stables offriraient une protection contre les éléments et les radiations nocives – rappelons que la Lune n’a pas d’atmosphère protectrice. Chaque environnement présente ici des avantages, mais possède aussi quelques inconvénients. L’idéal serait de combiner les deux. Est-ce possible ? Oui selon l’Institut SETI (initialement chargé de détecter des signes de vie extraterrestre) qui soulevait il y a peu la possible présence d’un tube de lave situé dans la région polaire nord.

Ces fosses ont été identifiées sur la base d’une analyse des données d’imagerie du Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) de la NASA. Ces clichés indiquaient en effet la présence de petites fosses dans le nord-est du cratère Philolaus, un cratère d’impact de 70 km de diamètre situé à environ 550 km du pôle nord de la Lune. Ces fosses pourraient alors potentiellement être des « lucarnes » : des trous dans la surface qui mènent à des cavités souterraines. Si tel est le cas, ces puits seraient en mesure de permettre aux futurs explorateurs de bénéficier d’une protection contre les rayons nocifs, et d’avoir accès à de la glace d’eau souterraine.

Ces dernières années, plus de 200 fosses ont été répertoriées sur la Lune par d’autres chercheurs, dont beaucoup ont été identifiées comme puits de lumière menant à des tubes de lave souterrains. Cependant, cette dernière découverte est la première à placer un éventuel puits de lumière et de lave dans les régions polaires de la Lune. Depuis que l’on sait que la glace y est présente, ces régions sont devenues un sujet de recherche incontournable de ces dernières années.

De par sa jeunesse – environ 1,1 milliard d’années, plus jeune que tous les autres cratères lunaires connus – le cratère Philolaus offrirait aux scientifiques la possibilité d’étudier l’histoire géologique plus récente de la Lune. En outre, sa position permettrait des communications directes avec la Terre, en plus d’une magnifique vue sur notre planète.

Source