in

Le Pentagone a acheté pour 500 000 dollars de viagra en 2014

Crédits : Tim.Reckmann / Wikimedia Commons

Parmi les dépenses du Département de la Défense américain (DoD), on trouve des missiles, des tanks, mais également des achats plus surprenants. En effet, un demi-million de dollars a été consacré en 2014 à la célèbre pilule permettant de lutter contre l’impuissance.

Selon The Washington Free Beacon du 6 février 2015, une soixantaine de contrats ont été signés avec Cardinal Healt Inc, une entreprise américaine de santé basée dans l’Ohio. Un total exact de 504 816 dollars de Viagra, dont deux autres médicaments similaires : le Levitra (14 540 dollars) et le Cialis (3505 dollars). Converti en temps de performance sexuelle cumulé, le total de la facture correspondrait à 80 770 heures.

Il s’avère que depuis 1998, des pilules de type Viagra sont distribuées aux soldats sous couvert officiel de « soutien aux troupes », à raison de six unités par mois et par patient. Selon le Département de la Défense américain, les prescriptions ont été autorisées lorsque des examens médicaux et psychologiques désignaient ce type de traitement comme le plus approprié. Le Pentagone ajoute également que les patients reçoivent depuis le début des indications sur la prise du médicament, notamment sur les effets secondaires tels que des maux de tête, rougeurs du visage ou de la poitrine, problèmes gastriques, congestion nasale ou encore légère baisse de l’acuité visuelle.

En presque 20 ans, le prix des pilules a augmenté, passant de 10 dollars en 1998 à 25 aujourd’hui, ce qui pourrait expliquer en partie le montant de la facture de l’an dernier. Le Viagra ou citrate de sildénafil fut découvert par les laboratoires Pfizer et breveté en 1996. À la base, ce traitement concerne l’angine de poitrine, forme de maladie cardiaque, mais l’étude clinique de phase 1 démontre que l’effet recherché n’est pas celui espéré. En revanche, un des effets secondaires est l’érection du pénis. Un repositionnement du produit s’est fait naturellement puisque l’impuissance n’avait alors aucun traitement. Le Viagra est donc une sérendipité : une découverte accidentelle, tout comme la lithographie, le Velcro, le four à micro-ondes, la pénicilline, le Post-it, ou encore le téflon.

Sources : The Washington Free Beacon – 20 Minutes