in

L’arme anti drone de la Chine a été testée avec succès

Crédits : Powie / Pixabay

Il y a quelques jours dans un précédent article, nous vous parlions de la Chine qui tentait de mettre au point un laser de haute précision capable de détruire les drones à basse altitude. Les tests viennent tout juste d’avoir lieu, et les résultats sont concluants; c’est un succès total.

L’avenir semble un peu moins rose que prévu pour les drones, car pour les plus curieux d’entre eux, il existe désormais une arme ultra précise capable de les détruire avec une efficacité totale. Là où la France reste assez indécise quand à plusieurs reprises, de mystérieux drones ont survolé des espaces aériens interdits, notamment ceux de plusieurs centrales nucléaires, la Chine elle entend bien dissuader ce genre d’opérations. En ce sens, l’élaboration d’un laser capable de détruire les drones non identifiés développé par la China Academy of Engineering Physics est un réel succès.

Ce laser de haute précision permet de neutraliser des engins qui se déplacent à une vitesse inférieure à 180 km/h et à une altitude allant jusqu’à 500 mètres, tout cela à une distance pouvant aller jusqu’à 2 km. Il peut être placé sur des véhicules afin de lui apporter une meilleure couverture géographique et ainsi former un « bouclier » de protection.

L’invention mise au point a donc été testée au cours de la semaine dernière et le moins que l’on puisse dire, c’est que ces tests ont été concluants. En effet, sur 30 drones ayant été ciblés par ce laser, 30 ont été abattus en moins de 5 secondes après leur détection, soit un taux de réussite de 100 %.

Cette arme contre les drones volant à basse altitude développée par la Chine intervient peu après que les États-Unis aient mis au point leur propre laser destiné aux aéronefs volant à haute altitude. L’avenir semble donc s’assombrir pour ces concentrés de technologie qui vont devoir probablement revoir la copie de la discrétion s’ils ne veulent finir neutralisés en plein vol.

sources : aninewstechniquesingenieur

– Illustration : Don McCullough