in

« Je n’ai jamais rien vu de pareil dans l’Univers local »

Crédits : Stephen Smartt / ATLAS

Une équipe d’astronomes assistait récemment à une mystérieuse explosion dans une galaxie, à 200 millions d’années-lumière de la Terre. Ce phénomène, bien plus lumineux qu’une supernova, laisse aujourd’hui les scientifiques perplexes.

« Je n’ai jamais rien vu de pareil dans l’Univers local », a déclaré Stephen Smartt, astrophysicien à l’Université Queen’s de Belfast (Irlande du Nord) et chercheur principal de l’enquête ATLAS à Hawaii, qui fut le premier à remarquer l’objet. La détection datant du 16 juin a été détaillée pour la première fois sur la plateforme Astronomer’s Telegram – un service en ligne permettant aux astronomes de signaler rapidement de nouvelles observations intéressantes. Et l’objet, surnommé AT2018cow (ou « vache » en abrégé) s’est rapidement démarqué d’une explosion d’étoile standard.

La plupart des événements comme celui-ci prennent plusieurs semaines pour atteindre un pic de luminosité, mais en trois jours seulement, AT2018cow est devenu environ 10 fois plus lumineux qu’une supernova classique, peut-on lire dans le Washington Post. L’objet a rapidement capté l’attention des astronomes du monde entier. Dans la semaine qui a suivi, l’observation d’ATLAS fut suivie par environ deux douzaines d’équipes d’astronomes s’appuyant sur des télescopes basés sur au moins quatre continents et dans l’espace. « Je pense que c’est le plus grand nombre d’avis pour un objet en si peu de temps », a déclaré Robert Rutledge, rédacteur en chef de l’Astronomer’s Telegram et astrophysicien à l’Université McGill au Canada. « Cela a suscité beaucoup d’intérêt », conclut-il.

En effectuant des analyses spectroscopiques de l’objet, notamment en séparant la lumière dans ses longueurs d’onde composantes, les astronomes ont dans un premier temps noté que l’objet avait des caractéristiques associées à CGCG 137-068. Il s’agit d’une galaxie que vous retrouverez à 200 millions d’années-lumière en direction de la constellation d’Hercule. Ce n’est pas « si loin », selon les normes astronomiques, ce qui signifie que l’explosion pourrait avoir produit des ondes gravitationnelles détectables. Malheureusement, les principaux instruments capables de le faire sont en cours de modernisation.

Crédits : Stephen Smartt / ATLAS

Pendant ce temps, impossible de caractériser l’objet, qui commence déjà à baisser en luminosité. Les premières hypothèses suggèrent l’explosion d’une supernova de type 1c, causée par l’effondrement d’une étoile massive qui a déjà expulsé son voile extérieur d’hydrogène et d’hélium. L’explosion aurait également produit un jet de particules se déplaçant pas loin de la vitesse de la lumière – mais rien de sûr. Les observations d’AT2018cow exigent encore des mois de recherches et d’analyses additionnelles avant qu’elles puissent être éditées formellement.