in

Peu importe leur taille, il faut à tout mammifère environ douze secondes pour déféquer

Crédits : iStock

Une nouvelle étude visant à comprendre la physique liée à l’évacuation des selles conclut que tous les mammifères mettent environ douze secondes à déféquer, et ce, quelle que soit leur taille ou leur poids. 

Tous les mammifères sont égaux devant l’évacuation de leurs selles, telle est la conclusion d’une étude publiée dans la revue Soft Matter, ayant pour objectif de mieux comprendre la physique par laquelle les selles sont évacuées. Ainsi, cela prend environ douze secondes à un mammifère pour déféquer, qu’il s’agisse d’un éléphant ou d’un chien de petite taille.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont filmé des mammifères d’un poids allant de quatre kilos à quatre tonnes en train déféquer, en passant de l’éléphant au panda ou au simple chien. Pour expliquer cette égalité et cette rapidité d’évacuation des selles, Patricia Yang, en charge de l’étude, avance une explication. « L’odeur des selles attire les prédateurs, ce qui est dangereux pour les animaux. S’ils restent plus longtemps à faire leurs besoins, ils s’exposent et risquent d’être découverts » explique-t-elle au New Scientist.

Crédits : iStock

Doctorante en ingénierie mécanique à l’Institut de technologie de Géorgie aux États-Unis, Patricia Young et son collègue David L. Hu avaient déjà publié une étude avec une conclusion similaire : tous les mammifères prennent le même temps pour uriner.

Chez les mammifères, les deux chercheurs expliquent que la pression nécessaire à exercer sur les intestins pour évacuer les selles et constante et ne dépend en rien à la masse du mammifère. La rapidité d’évacuation des selles dépend du mucus, un fluide visqueux qui permet de faire glisser les selles sans qu’une forte pression soit nécessaire. Il est présent en plus grande quantité chez les grands mammifères, en plus petite quantité chez les petits.

« Si cela prend plus longtemps que douze secondes, je dirais que vous devriez voir quelqu’un à ce sujet » conclut Patricia Young.