in

Il y a plus d’arbres que prévu au Sahara et au Sahel !

Crédits : Pikist

Des chercheurs de la NASA ont récemment associé des images satellites et des algorithmes de reconnaissance d’images. L’objectif ? Compter les arbres répartis dans le sud du Sahara et au Sahel. Or, les chercheurs ont compté pas moins de 1,8 milliard d’arbres, soit davantage que ce qui était attendu.

1,8 milliard d’arbres sur 1,3 million de km²

La Sahara et le Sahel sont des zones d’Afrique occupant bon nombre de chercheurs. En 2018 par exemple, des chercheurs de l’Université du Maryland (États-Unis) ont analysé près d’un siècle de données sur les précipitations en Afrique. Leur conclusion ? Le Sahara a vu sa surface augmenter de 10 %, en raison des cycles naturels mais aussi des effets des activités humaines sur le réchauffement climatique.

Dans une étude publiée dans la revue Nature le 14 octobre 2020, des scientifiques du NASA Goddard Space Flight Center apportent une nouvelle positive. Les chercheurs ont compté les arbres sur une superficie de 1,3 million de km² dans l’ouest du Sahara africain, mais également le Sahel et autres zones subhumides. Selon les résultats, cette zone comporte environ 1,8 milliard d’arbres.

Sahel 2
Crédits : CGIAR Research Program on Dryland Systems / Flickr

L’aide précieuse des algorithmes

Dans cette zone très vaste, de nombreux arbres sont présents mais leur recensement est plutôt difficile. En effet, si certains arbres forment des forêts, d’autres sont plus isolés. Or, ce sont ces arbres isolés que les chercheurs ont voulu compter. Dans un premier temps, les meneurs de l’étude ont collecté des images du programme européen Copernicus. Il faut dire que ce programme met en accès libre des données issues d’une trentaine de satellites. Les scientifiques ont également obtenu des images très haute définition en guise de complément.

Les images ont ensuite fait l’objet d’une analyse à l’aide d’algorithmes d’apprentissage profond et de reconnaissance d’image. Ainsi, les 1,8 milliard d’arbres représentent 13,4 arbres par hectare ayant une couverture végétale de 12m². Les scientifiques estiment que le décompte est plus important que ce qu’ils imaginaient. Ceci est donc une très bonne surprise lorsque l’on sait que les arbres stockent le carbone, fournissent de la nourriture et jouent le rôle de refuge pour les humains et la faune.

Grace à leur système, les chercheurs vont pouvoir continuer à surveiller l’évolution de la région. Il s’agira de définir plus précisément les taux de déforestation et de désertification. Une autre étape du projet sera de répertorier de manière précise l’emplacement (et la taille) de tous les arbres tout en mentionnant l’espèce à laquelle ils appartiennent.