in ,

Humidité à la maison : comment retrouver un air sain en hiver ?

Crédits : Pexels / Jean van der Meulen

Accusée de faciliter la propagation du coronavirus à l’extérieur, l’humidité fait aussi des dégâts à l’intérieur, en particulier durant la saison froide. Entraînant l’apparition de moisissures, elle favorise le développement de maladies respiratoires, d’irritations oculaires et nasales, de maux de tête ou encore de fatigue – notamment chez les enfants et les personnes âgées. Heureusement, il existe des solutions efficaces pour la combattre.

Reconnaître les signes d’humidité

Très fréquents en hiver, les signes d’humidité sont en général faciles à identifier. Parmi les plus communs, citons :

  • les moisissures, présentes dans 14 à 20 % des logements français selon l’Anses
  • la condensation sur les vitres
  • la peinture écaillée et le papier peint décollé
  • des murs humides au toucher
  • une odeur de moisi quand on ouvre les placards
  • une sensation permanente de froid
  • la présence de psoques dans la maison

En cas de doute, on peut utiliser un hygromètre afin d’évaluer le taux d’humidité dans son logement. Selon les recommandations européennes, le taux d’hygrométrie idéal se situe entre 30 et 70 %.

Prendre le problème à la source

L’humidité intérieure peut avoir plusieurs causes. Pour agir efficacement, mieux vaut donc les identifier ! Les fuites et les infiltrations comptent parmi les sources d’humidité les plus communes. Elles peuvent concerner aussi bien les canalisations que les murs ou la toiture de la maison. En cas de fuite, la réparation s’impose.

En cas d’infiltration et si la façade est touchée, on peut protéger celle-ci de la pluie grâce à un traitement hydrofuge. Autre cause d’humidité : les remontées capillaires. Dans ce cas, difficile d’échapper aux travaux, qui permettront d’isoler les fondations de l’eau.

Toutefois, dans bien des logements, le problème reste léger. On peut alors recourir à des solutions locales afin d’absorber l’humidité ambiante, d’améliorer la ventilation, d’imperméabiliser les murs les plus exposés ou de traiter les traces de moisissure.

humidité gouttes pare-brise
Crédits : katya10 / Needpix

Changer ses habitudes pour limiter l’humidité

Certains gestes quotidiens entretiennent l’humidité. Pour profiter d’un air plus sec, modifier ses habitudes peut donc s’avérer très utile. C’est dans les salles de bain que les moisissures sont les plus fréquentes. Pour éviter les joints noircis et les mauvaises odeurs, il convient de limiter la durée des douches et des bains et d’éviter d’utiliser de l’eau trop chaude.

Quant à l’aération, elle est incontournable, même en hiver : en l’absence de fenêtre, il faut vérifier la qualité de sa VMC. Dans la cuisine également, on s’assurera de laisser l’eau s’évacuer au maximum. Il est par exemple recommandé de couvrir les casseroles et d’utiliser systématiquement la hotte aspirante quand on fait bouillir de l’eau.

Pour ne pas favoriser l’humidité avec un air trop froid, on veille aussi à chauffer suffisamment l’ensemble du logement. La bonne température : 19 °C. Enfin, gare au linge qui sèche : si on ne dispose pas d’une pièce bien ventilée où l’étendre, se tourner vers un sèche-linge peut être une bonne option.

D’importance variable, l’humidité dans les maisons exige des mesures adaptées. D’une aération rigoureuse aux gros travaux, à chacun d’adopter la meilleure solution pour respirer un air sain.