in

Les hommes aussi peuvent développer un cancer du sein

Crédits : calibra / Pixabay

Les risques de développer un cancer du sein concernent les femmes, mais aussi les hommes, bien que 80% de ces derniers l’ignorent, à en croire une étude américaine de 2010. Mais si le risque est bien plus faible que pour les femmes, les hommes y survivent moins que ces dernières.

Si à partir de l’âge de 55 ans, une femme sur huit pourrait être concernée par un cancer du sein, cette maladie peut aussi bien toucher les hommes. Un risque bien plus faible, puisqu’il concerne un homme sur mille à partir du même âge, mais le manque d’informations sur le sujet, l’ignorance des hommes sur la possibilité de développer ce type de cancer, et le manque d’études rendent cette maladie plus mortelle chez l’homme que chez la femme.

Une récente étude internationale publiée dans le Journal of Clinical Oncology vient apporter de nouvelles informations sur le cancer du sein chez l’homme, en identifiant un facteur de risque qui est un taux élevé d’œstrogènes (hormones sexuelles aussi fabriquées par l’homme). L’étude réalisée par une équipe internationale de chercheurs a été menée sur des hommes âgés de 50 ans, sur lesquels ont été réalisés des dosages hormonaux. Résultat, il a été constaté qu’un taux élevé d’œstrogène à 50 ans multipliait par 2,5 le risque de cancer à 67 ans, qui est l’âge moyen du diagnostic de la maladie.

Ce qui est inquiétant, c’est le manque d’informations et l’ignorance de beaucoup d’hommes quant à la possibilité de développer un cancer du sein. Selon une étude américaine de 2010, ce sont 80% des hommes qui ignorent cette possibilité. Peu d’inquiétudes sont manifestées aux premiers signes, qui peuvent être la découverte d’une boule au niveau des pectoraux, d’un écoulement ou d’une rétraction du mamelon, d’une ulcération ou de rougeurs, ou encore un ganglion gonflé sous l’aisselle, ce qui mène en général à un diagnostic tardif de la maladie.

Un diagnostic tardif où les tumeurs sont de fait plus grosses que chez les femmes, et au final, les hommes meurent plus du cancer du sein que les femmes. Chez ces dernières, le taux de survie à 5 ans est en moyenne de 80 %, alors qu’il est de 69 % chez l’homme. Le traitement se déroule ensuite en quatre étapes : l’ablation, la chimiothérapie, la radiothérapie et l’hormonothérapie.

Sources : Journal of Clinical OncologyS&A