in

Google Car : Les seuls accidents seraient dus à des erreurs humaines

Crédits : Michael Shick / Wikipédia

D’après Google, les 12 accidents impliquant la voiture autonome développée par l’entreprise seraient dus non pas à des défaillances de l’algorithme de pilotage automatisé, mais à des erreurs humaines.

C’est ce que démontre Google dans un rapport publié en mai 2015. En cinq ans et près de 3 millions de kilomètres parcourus, dont 1,6 en mode automatique, la Google Car a connu 12 accidents, mais aucun ne mettrait en cause le pilotage automatique.

D’après la firme, dans la majorité des cas, il s’agit d’un autre véhicule qui est venu percuter le pare-choc arrière de la Google car en loupant son freinage. Un accident a tout de même été répertorié où c’est bien la Google car qui est rentrée dans un véhicule. Mais cette fois-ci, la conduite était en mode manuel et le chauffeur utilisait la voiture pour une course personnelle.

De plus, dans tous les cas répertoriés, aucun accident sérieux ni aucune blessure n’ont été relevés. À noter que le conducteur doit toujours rester vigilant, malgré l’automatisme de la voiture. En effet, plusieurs cas d’accidents causés par une autre voiture ont dû forcer le conducteur à repasser en mode manuel pour éviter le pire.

Cependant, Google veut montrer que la mise en place de sa technologie fera diminuer le nombre d’accidents. D’après le rapport, les caméras de la voiture auraient réussi à détecter un cycliste (le parallélépipède rectangle rouge ci-dessous) qui venait de traverser de nuit sans phare alors que le feu était rouge, calculant immédiatement le risque d’impact (en cyan sur l’image) et amenant à un freinage d’urgence. D’après Google, un humain n’aurait pas pu le voir et n’aurait pas pu freiner à temps.

La technologie de ce véhicule est de plus en plus impressionnante. Le rapport montre un cas où le véhicule s’est auto-discipliné : celui-ci se serait arrêté à un feu vert pour laisser passer une ambulance dont elle avait captée la sirène.

Les voitures autonomes seront peut-être bientôt les véhicules de demain, mais pour cela, elles doivent faire leurs preuves. Et c’est ce qu’est entrain de réaliser Google.

Source : Numerama

– Crédits photo : Roman Boed