in ,

Faut-il craindre le nouveau cycle d’éruptions solaires dans lequel la Terre est entrée ?

Crédits : NASA

Il y a moins d’un an, la NASA annonçait que le Soleil avait débuté un nouveau cycle d’activité. Durant onze années, il sera question d’éruptions solaires majeures. Or, celles-ci pourraient mettre à mal notre monde technologique, car leur ampleur est encore assez difficilement imaginable.

Un nouveau cycle d’activité solaire

Les médias évoquent souvent le réchauffement climatique et diverses catastrophes naturelles ou technologiques. Pourtant, une autre menace plane, et celle-ci fait rarement la une : les éruptions solaires. En septembre 2020, l’Agence Spatiale étasunienne (NASA) affirmait que le Soleil avait débuté son 25e cycle d’activité, synonyme de onze années d’éruptions majeures. Selon les chercheurs, l’activité du Soleil augmente petit à petit et atteindra vraisemblablement un pic au milieu de l’année 2025.

Les orages magnétiques sont un phénomène en lien avec les variations de l’activité solaire, et donc les éruptions solaires. Or, ces variations engendrent des fluctuations brusques et intenses du magnétisme terrestre. Comme l’explique Bloomberg dans un article du 22 mai 2021, des orages magnétiques se sont déjà produits dans un passé proche.

Le plus puissant des orages magnétiques n’est autre que le Carrington Event qui aurait détruit en 1859 une grande quantité d’ozone stratosphérique. Cet événement avait également provoqué une surcharge électrique au niveau des réseaux télégraphiques d’Amérique du Nord. Certains opérateurs avaient observé des incendies dans des stations ainsi que des électrocutions. En mars 1989, une autre éruption solaire avait propulsé un jet de matière aussi imposant que 36 fois la taille de la Terre, et ce à une vitesse de 1,6 million de km/h. Au Québec, pas moins de 6 millions de personnes se sont retrouvées sans électricité durant neuf heures.

eruption solaire
Crédits : NASA Goddard Space Flight Center

Un chaos mondial à venir ?

Aujourd’hui, le monde est complètement dépendant des différentes technologies et autres satellites dont la mission est de régler chacun des aspects de la vie quotidienne des humains. En ce qui concerne l’énergie, le chaos dans lequel le Texas a été plongé l’hiver dernier est source d’interrogations. Les satellites orbitant autour de la Terre – dont ceux appartenant au Global Positioning System (GPS) – sont vulnérables aux éruptions solaires. C’est également le cas des appareils électriques en tout genre, les ondes radio ainsi que pour les équipages des avions. En effet, les pilotes s’exposent à la cataracte, autrement dit l’opacification partielle (ou totale) du cristallin de l’œil.

Environ tout les un siècle et demi, la Terre subit une très grosse éruption solaire. Or, le monde pourrait connaître un véritable chaos lors de ce prochain épisode. En 2017, une étude de l’American Geophysical Union (AGU) estimait à 66 % la part de la population étasunienne qui pourrait subir les conséquences d’un tel événement. De plus, le coût économique pourrait dépasser les 40 milliards de dollars par jour.

Il faut savoir que les spécialistes de la question suivent les éruptions solaires en temps réel. Néanmoins, leur dangerosité et leur nature ne peuvent être connues que si elles atteignent des satellites spécialisés, ceux-ci se situant à environ un million de km de la Terre. Or, lorsque les orages arrivent à hauteur de ces satellites, il reste entre une heure et une heure et demie avant que ces dernières atteignent notre planète. Autrement dit, il est quasiment impossible de s’y préparer.