in

Il était le dernier homme a avoir foulé le sol lunaire, mais pas seulement…

Crédits : Nasa

L’astronaute américain Eugene Cernan est décédé le 16 janvier 2017 à l’âge de 82 ans des suites de problèmes de santé. Il restera dans les mémoires comme le dernier homme à avoir foulé le sol lunaire et ce pionnier dans de nombreux domaines laisse un formidable héritage spatial.

À travers un communiqué de la famille de l’astronaute publié par la NASA, nous apprenons le décès du pionnier Eugene Cernan à l’âge de 82 ans des suites de problèmes de santé. Jusqu’au bout, il aura poursuivi son désir d’inspirer la passion pour l’exploration chez les jeunes générations afin notamment de ne pas « rester le dernier homme à avoir marché sur la Lune ».

Né en 1934 et ancien officier de la marine américaine, il avait été sélectionné pour rejoindre la NASA en 1963. Il y laissera une grande marque et demeurera un pionnier dans de nombreux domaines en « contribuant à nos ambitions audacieuses de faire des choses que l’humanité n’avait jamais réussies auparavant » comme l’écrit l’administrateur de la NASA dans un second communiqué.

L’homme était en effet le commandant de la mission Gemini 9 durant laquelle il est devenu le deuxième américain à « marcher dans l’espace » puis membre de l’équipage de la mission Apollo 10 et commandant de la mission Apollo 17. Ainsi, il fait partie du club très fermé des trois hommes qui ont volé deux fois vers la lune. Les records qu’il a établi demeurent encore comme celui du plus long vol habité vers la Lune, celui de la plus longue sortie extravéhiculaire sur la Lune avec 22 heures et 6 minutes, du plus grand retour d’échantillons lunaires avec presque 133 kilos et du plus long temps passé en orbite lunaire avec 147 heures et 48 minutes. Au total, il a passé 566 heures et 15 minutes dans l’espace, dont plus de 73 heures sur la surface de la Lune.

« Nous sommes dans une époque de challenge. Avec ce challenge vient l’opportunité. Le ciel n’est plus la limite. Le mot impossible ne fait plus partie de notre vocabulaire. Nous avons prouvé que nous pouvons faire tout ce que nous avons la volonté de faire. La seule limite à nos capacités est notre complaisance ». Tels étaient les mots très inspirants de cette véritable figure de la conquête spatiale.