in

Et si Mona Lisa avait souffert d’une maladie thyroïdienne ?

Crédits : Wikimedia Commons/Musée du Louvre

Et si le sourire et le teint étrangement pâle de Mona Lisa, La Joconde, étaient le résultat d’une maladie thyroïdienne ? C’est du moins ce que suggèrent deux chercheurs qui publient leurs travaux dans la revue Mayo Clinic Proceedings.

Il y a quelques années;, des chercheurs avaient suggéré que les lésions cutanées et les gonflements des mains visibles sur La Joconde de Léonard de Vinci pouvaient témoigner d’une hyperlipidémie familiale et d’une athérosclérose prématurée. Cette hypothèse avait laissé beaucoup de chercheurs perplexes compte tenu du fait que “Mona Lisa” a vécu jusqu’à l’âge de 63 ans. Si elle souffrait effectivement de ces troubles, il est peu probable qu’elle ait survécu aussi longtemps compte tenu des moyens limités disponibles à l’époque. Une autre maladie pourrait-elle alors expliquer “l’allure” de Mona Lisa ?

Le teint pâle, le sourire pas très marqué, un manque de sourcils… et si “Lisa” souffrait d’un trouble de la thyroïde ? “L’énigme de la “Mona Lisa” peut être résolue par un simple diagnostic médical d’une maladie liée à l’hypothyroïdie“, explique le Dr Mandeep Mehra, directeur médical du centre cardiaque et vasculaire de l’hôpital Brigham and Women’s à Boston. “À bien des égards, c’est l’attrait des imperfections de la maladie qui donne à ce chef-d’œuvre sa mystérieuse réalité et son charme“.

Une hypothyroïdie signifie que la glande thyroïde ne produit pas suffisamment d’hormones thyroïdiennes pour répondre aux besoins de l’organisme. Un désordre hormonal s’installe alors, entraînant de nombreux symptômes tels qu’une faiblesse musculaire, une prise de poids, un gonflement des articulations et du cou (goitre thyroïdien) ou encore une perte de cheveux et de poils. On observe également un excès de carotène (du fait d’un problème de métabolisme du foie) qui se dépose alors dans la couche externe de la peau. En résulte un teint particulièrement pâle, presque jaune.

Pour les chercheurs, l’hypothyroïdie pourrait expliquer de nombreuses caractéristiques du tableau, y compris la peau pâle de la jeune femme, ses cheveux clairsemés, son manque de sourcils ou encore son cou particulièrement gonflé. La faiblesse musculaire pouvait également conduire “à un sourire moins pleinement épanoui“, écrivent les auteurs. Nous savons également que Lisa Gherardini (Mona Lisa) avait accouché quelques mois avant de poser pour cette peinture et une grossesse peut parfois être une cause d’hypothyroïdie.

Source

Articles liés : 

Un scientifique affirme avoir découvert un portrait dessiné en dessous de celui de la Joconde

Découverte d’ossements ayant probablement appartenu au modèle de la Joconde, Lisa Gherardini

Des chercheurs tentent de décrypter l’énigmatique sourire de Mona Lisa