in

Et si l’on mesurait l’activité cérébrale des étudiants pour adapter les cours ?

Crédits : Max Pixel

Une intelligence artificielle pourrait révéler la meilleure façon d’enseigner, à en croire les récentes recherches de certains scientifiques américains. En établissant un “score neuronal” à chaque étudiant, l’IA pourrait permettre aux professeurs d’adapter leurs cours en conséquence.

Mesurer l’activité du cerveau des étudiants

D’après leur étude publiée dans la revue Nature Communications le 2 mai 2019, les chercheurs du Dartmouth College veulent révolutionner les méthodes d’enseignement. Selon eux, ceci pourrait passer par l’algorithme de leur création, destiné à devenir capable de mesurer l’activité cérébrale des étudiants en cours, pendant que ces derniers écoutent leur enseignant. Habituellement, le moyen de vérifier que les connaissances du cours ont été bien assimilées est évidemment incarné par l’interrogation écrite. Et si l’établissement d’un “score neuronal” pouvait également le révéler ?

Il faut savoir que cette étude est l’une des premières à examiner comment les connaissances acquises en cours sont représentées dans le cerveau. Si un jour, l’IA se révèle réellement capable d’analyser le cerveau des étudiants – peu importe le cours donné -, l’école pourrait devenir plus intéressante. En effet, les enseignants auraient la possibilité de parfaire leur méthode d’enseignement grâce à l’IA, qui déterminerait la manière idéale d’expliquer afin d’être mieux compris. De ce fait, les résultats aux examens pourraient être meilleurs.

Dans un avenir plus ou moins proche, l’IA pourrait mesurer l’activité cérébrale des étudiants et permettre aux professeurs de mieux adapter leurs cours.
Crédits : Wikipedia

Encore beaucoup de chemin à parcourir

Ne nous emballons pas : une telle technologie est encore loin d’une quelconque démocratisation. En effet, celle-ci en est seulement au stade expérimental, et les chercheurs ne peuvent pas encore expliquer clairement les mécanismes à l’œuvre. Par ailleurs, cette même technologie est focalisée sur quelques matières : sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM). Évidemment, la question se pose concernant les différences potentielles de réaction du cerveau dans le cas d’autres matières telles que la littérature ou encore la psychologie.

«En savoir plus sur les sujets STEM est passionnant mais cela peut aussi être assez difficile. Pourtant, au fil des apprentissages, les élèves développent une riche compréhension de nombreux concepts complexes. Vraisemblablement, ces connaissances acquises doivent se refléter dans de nouveaux modèles d’activité cérébrale. Cependant, nous n’avons pas encore une compréhension détaillée de la façon dont le cerveau supporte ce type de connaissances complexes et abstraites, c’est ce que nous avons décidé d’étudier», a déclaré David Kraemer du Dartmouth College.

Sources : Technology NetworksSiècle Digital

Articles liés :

Un scientifique tente de comprendre comment marche la conscience à l’aide d’une expérience quantique

Ils ont créé une IA capable de traduire nos pensées en paroles !

Découverte : notre cerveau a bien un système de drainage des déchets !

Notez cet article