in

En orbite autour du Soleil, SOHO découvre sa 4 000e comète

Crédits : Buddy_Nath/pixabay

En analysant les données de SOHO dans le cadre d’un projet de science participative, un chercheur citoyen a découvert une toute nouvelle comète. Il s’agit au passage de la 4 000e débusquée par l’Observatoire.

En 1995 la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) collaboraient dans le cadre de la mission SOHO (Solar and Heliospheric Observatory). L’idée était répondre à trois interrogations fondamentales dans le domaine de la physique du Soleil, à savoir : quel est le rôle de la couronne solaire et par quel processus est-elle chauffée ? Où et comment le vent solaire est-il accéléré ? Quelle est la structure interne du Soleil ?

Cette mission, qui devait initialement durer trois ans, est toujours en cours. Elle a notamment permis aux chercheurs de faire de nombreuses découvertes fondamentales sur le Soleil, mais pas seulement.

Un regard unique sur les comètes

Positionné près du point de Lagrange L1 où les attractions terrestre et solaire s’équilibrent (environ 1,5 million de km de la Terre), SOHO dispose également d’une vue imprenable sur les comètes venant se “frotter” à notre étoile.

Si, à la base, il n’a pas du tout été conçu pour les étudier, le satellite a tout de même permis la découverte de milliers d’entre elles.

Le 15 juin dernier, alors qu’il analysait les données de l’Observatoire dans le cadre du projet de sciences participatives Sungrazer, Trygve Prestgard, un chercheur citoyen, a d’ailleurs découvert un autre de ces objets, portant désormais à 4 000 le nombre de comètes identifiées par SOHO.

comète
Une animation nous révélant les deux dernières comètes récemment découvertes, dont la 4 000e identifiée par SOHO. Crédits : ESA / NASA / SOHO / Karl Battams

Accessoirement, Trygve Prestgard avait déjà identifié environ 120 comètes à travers le programme qui intègre également des images d’une autre mission solaire de la NASA nommée STEREO. L’homme s’est notamment dit “très chanceux d’avoir trouvé la 4 000e comète de SOHO“, mais aussi “très honoré” d’avoir fait partie d’un “effort de collaboration aussi incroyable“.

Non seulement SOHO a réécrit les livres d’histoire en termes de physique solaire, mais de manière inattendue, il a également réécrit les livres en termes de comètes“, a souligné de son côté Karl Battams de l’US Naval Research Lab à Washington, qui travaille sur le projet.

Cette comète, d’un diamètre situé entre 4,5 et 9 mètres, aurait normalement été indétectable depuis la Terre. Mais comme nous pouvons le constater ci-dessus, l’Observatoire est équipé d’un cornographe (LASCO) lui permettant de bloquer la lumière du Soleil et d’identifier les passages d’objets faiblement lumineux.

Source