in

Des niveaux de CO2 plus élevés pourraient nous ramener au climat tropical de la période Paléogène

Crédits : iStock

Une nouvelle étude menée par des chercheurs britanniques de l’Université de Bristol suggère qu’à moins d’atténuer les niveaux actuels d’émissions de dioxyde de carbone, l’Europe occidentale et la Nouvelle-Zélande pourraient retrouver le climat tropical chaud du début du Paléogène (il y a 56 à 48 millions d’années).

Le Paléogène précoce est une période d’un grand intérêt pour les climatologues, dans le sens où les niveaux de dioxyde de carbone étaient similaires à ceux prévus pour la fin de ce siècle. C’est ce qu’explique David Naafs, de l’École des sciences de la Terre de l’Université de Bristol, et auteur de l’étude publiée dans la revue Nature Geoscience : « Nous savons que le Paléogène précoce était caractérisé par un climat de serre avec des niveaux élevés de dioxyde de carbone. La plupart des estimations actuelles des températures de cette période proviennent de l’océan, et non de la terre – ce que nous avons tenté de comprendre, c’est l’impact de ce climat sur la terre pendant cette période ».

Les scientifiques ont étudié des fossiles moléculaires de micro-organismes dans la tourbe ancienne (lignite) pour fournir des estimations de la température du sol il y a 50 millions d’années. Il en ressort que les températures annuelles des terres en Europe occidentale et en Nouvelle-Zélande étaient en réalité plus élevées qu’on ne le pensait – entre 23 et 29 °C. C’est actuellement 10 à 15 °C de plus que les températures moyennes actuelles dans ces régions. Ces résultats suggèrent que des températures similaires à celles de la vague de chaleur actuelle qui accable l’Europe occidentale et d’autres régions deviendraient la nouvelle norme d’ici la fin de ce siècle, si les niveaux de CO2 dans l’atmosphère continuent d’augmenter.

Pour le Professeur Rich Pancost, co-auteur de l’étude et directeur de l’Institut Cabot de l’Université de Bristol : « ce travail ajoute la preuve d’un climat très chaud sous les niveaux potentiels de dioxyde de carbone de la fin du siècle. Le système terrestre a déjà répondu à cette chaleur, dit-il. Par exemple, cette période et d’autres périodes de temps chaud ont été associées à des recensements de conditions arides et de précipitations extrêmes ».

L’équipe de recherche va maintenant se tourner vers les zones géographiques des basses latitudes. « Les tropiques, par exemple, sont-ils devenus des zones mortes écologiques parce que les températures supérieures à 40 °C étaient trop élevées pour que la plupart des formes de vie puissent survivre ?, se demande David Naafs. Certains modèles climatiques le suggèrent, mais nous manquons actuellement de données critiques ».

Source

Articles liés : 

Cette animation nous le montre : la vague de chaleur est globale

En 2100, 75% des terriens pourraient être touchés par des vagues de chaleur mortelles

Les vagues de chaleur extrêmes sont aussi ressenties dans les océans

Des niveaux de CO2 plus élevés pourraient nous ramener au climat tropical de la période Paléogène
noté 4.3 - 4 vote[s]