in

Des “chaînes de montagnes” retrouvées à 660 km sous la surface terrestre

Crédits : iStock

Une équipe de géophysiciens annonce la découverte d’énormes chaînes de montagnes situées à des centaines de kilomètres sous nos pieds. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Science.

Nous savons que la Terre comporte trois couches : une croûte, un manteau et un noyau. Nous pourrions également subdiviser le manteau en deux (supérieur et inférieur), et le noyau (interne et externe). C’est le manteau qui nous intéresse ici. Il existe en effet une bande étroite, une zone de transition, située entre 410 et 660 km de profondeur, qui sépare le manteau supérieur et le manteau inférieur. Cette zone, relativement peu étudiée, commence à se dessiner sous nos yeux. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les “traits” sont assez irréguliers.

Ondes sismiques

Pour le savoir, des chercheurs de l’Université de Princeton (États-Unis) et de l’Institut de géodésie et de géophysique de Chine, ont étudié la manière dont les ondes sismiques d’un énorme tremblement de terre étaient passées à travers. Si l’événement est assez puissant, les ondes générées peuvent en effet voyager sur des centaines de kilomètres sous la surface. L’équipe s’est donc ici concentrée sur les données du deuxième plus grand séisme en profondeur jamais enregistré : celui de magnitude 8,2, qui frappait la Bolivie en 1994.

Bolivie tremblement de terre
Un séisme de magnitude 8,2 a frappé la Bolivie en juin 1994. Crédits : Wikimedia Commons

Des montagnes sous la surface

En étudiant la “réponse” des ondes enregistrées à cette époque, les chercheurs ont alors découvert que la limite supérieure, retrouvée à environ 410 km sous la surface, est en fait relativement lisse. En revanche, côté limite inférieure, à 660 km de profondeur, la zone était dentelée, plus irrégulière encore que la surface terrestre. Imaginez une sorte de chaîne de montagnes gigantesque avec tantôt des zones plus lisses, tantôt des dénivelés pouvant parfois mesurer plus de 3 km.

Cela pourrait nous aider à comprendre comment les parties inférieure et supérieure du manteau se mélangent, notent les chercheurs. En effet, ces derniers suggèrent que les zones plus lisses pourraient être les lieux où les deux parties se mêlent, tandis que parties les plus irrégulières marquent une transition beaucoup plus nette.

Reste maintenant à savoir comment cette “chaîne de montagnes” souterraine s’est formée. L’hypothèse avancée par les chercheurs serait que ces “pics” pointés vers le bas soient finalement les restes d’anciennes plaques tectoniques venus s’enfoncer dans le manteau terrestre à travers des zones de subduction. Les roches situées de part et d’autre n’auraient alors pas la même chimie, révélant finalement le contraste observé.

Source

Articles liés :

Insight a déployé avec succès son détecteur de tremblements de “Mars”

Un séisme peut déclencher des tremblements de terre dans le monde entier

Une comparaison imagée de la puissance des tremblements de terre à travers le monde