in

Dinosaure : découverte d’un nouveau géant au Chili

Illustration d'artistes de dinosaures à long cou. Crédits : Mark Witton

Une équipe de paléontologues chiliens a annoncé le lundi 19 avril avoir identifié une nouvelle espèce de dinosaure sauropode dont les restes ont été retrouvés il y a une trentaine d’années dans l’Atacama. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Cretaceous Research.

Un nouveau géant au Chili

C’est le troisième dinosaure nommé du Chili et le troisième titanosaure du côté ouest des Andes en Amérique du Sud. Son nom : Arackar licanantay. L’animal aurait vécu à la fin du crétacé, il y a 80 à 66 millions d’années dans ce qui est aujourd’hui la région d’Atacama.

Ses restes (fémur, humérus, ischion et éléments vertébraux du cou et du dos) ont été découverts dans les années 1990 par le géologue Carlos Arévalo à 75 kilomètres au sud de la ville de Copiapó. Ces ossements ont récemment fait l’objet d’analyses poussées par une équipe du département de paléontologie du Musée national d’histoire naturelle du Chili dirigée par David Rubilar. Sur la base de ces analyses, Arackar licanantay était bien une espèce distincte.

Les autapomorphies caractérisant ce nouveau titanosaure comprennent des arcades neurales moyennes avec une fosse centroprezygapophysaire large et haute, ainsi qu’une fosse centroprezygapophysaire parapophysaire s’étendant sur toutes les faces antérieures des pédicules, mais pas au-dessus du canal neural“, peut-on lire dans l’étude. Les paléontologues ont également souligné des “lamelles spinopostzygapophysaires réduites, plus courtes que les longueurs de la facette postzygapophysaire“.

D’après une analyse phylogénétique basée sur une matrice de données de 87 taxons, ce nouveau dinosaure s’intègre dans le clade comprenant Rapetosaurus, un autre sauropode ayant vécu à Madagascar à la fin du Crétacé supérieur.

dinosaure
Illustration d’artiste de l’Arackar licanantay. Crédits : AFP

Un dinosaure d’environ huit mètres de long

Côté physique, imaginez une forme similaire au célèbre diplodocus. L’analyse des ossements retrouvés suggère que ce grand herbivore quadrupède mesurait environ 6,3 m de long. En revanche, les auteurs soulignent qu’il s’agissait d’un juvénile. À l’âge adulte, Arackar licanantay aurait pu atteindre les huit mètres de long.

Pour l’heure, c’est à peu près tout ce que l’on peut dire sur cet animal. Entre 2006 et 2011, David Rubilar et son équipe avaient tenté de retrouver d’autres restes de ce dinosaure dans le désert d’Atacama, le plus sec du monde, mais sans succès. En revanche, les chercheurs étaient tombés sur des restes d’un autre dinosaure qu’ils n’ont pas encore pu classer.

Les restes de ces dinosaures géants sont généralement retrouvés de l’autre côté de la cordillère des Andes, principalement au Brésil ou en Argentine. C’est également ce qui rend cette nouvelle “découverte” au Chili est très précieuse.