in

Découverte de vaisseaux qui relient le cerveau et le système immunitaire

Crédits : University of Virginia Health System

Des chercheurs américains viennent de faire une importante découverte, celle d’un lien direct entre le système immunitaire et le cerveau par le biais de vaisseaux lymphatiques. Le fonctionnement de nombreuses maladies va désormais devoir être reconsidéré.

C’est une importante découverte qui devrait changer la manière de considérer certaines maladies que viennent de faire des chercheurs américains, menés par le professeur Jonathan Kipnis, de l’Université de Virginie (États Unis). Considérés comme inexistants pendant des décennies, des vaisseaux lymphatiques ont été localisés, reliant le cerveau et le système immunitaire. Une découverte publiée dans la revue Nature.

La présence de ces vaisseaux change la donne. Ainsi, ce sont les mécanismes de fonctionnement de différentes maladies, comme Alzheimer, la sclérose en plaques et l’autisme qui vont devoir être reconsidérés. « Cela change complètement la façon dont nous percevons l’interaction neuro-immunitaire. Nous avons toujours perçu cela comme quelque chose d’ésotérique qui ne peut pas être étudié. Mais maintenant, nous pouvons poser des questions de mécanisme« , déclare Jonathan Kipnis.

Pour les chercheurs à l’origine de cette découverte, il est vraiment surprenant que ces vaisseaux aient jusqu’ici échappé à la détection alors que le système lymphatique a été si bien cartographié dans tout le corps. Mais mieux vaut tard que jamais, et cette découverte pourrait faire faire un bon en avant concernant l’étude et le traitement des maladies neurologiques comme l’autisme, la maladie d’Alzheimer ou encore la sclérose en plaques. L’accumulation de protéines dans le cerveau, qui est liée à Alzheimer, pourrait être provoquée par un mauvais fonctionnement des vaisseaux qui viennent d’être découverts, par exemple.

Ainsi, à la faveur de cette découverte, on sait désormais que le cerveau est, comme tous les autres tissus humains, relié au système immunitaire périphérique à travers ces vaisseaux. « Nous croyons que pour chaque maladie neurologique qui a une composante immunitaire, ces vaisseaux peuvent jouer un rôle majeur« , explique Kipnis.

Si ces vaisseaux n’avaient jusqu’ici jamais été localisés, c’est parce qu’ils étaient très bien cachés, suivant un vaisseau sanguin majeur derrière la région du sinus, très délicate à cartographier.

Source : Natureiflscience

– Crédits photo : University of Virginia Health System