in

Découverte du crâne d’un spécimen rare de mammouth

Capture vidéo Ventura County Star

En Californie, une équipe de paléontologues a mis au jour le gigantesque crâne d’un spécimen rare de mammouth. Datée à 13 000 ans, cette découverte viendrait conforter l’idée de la coexistence du mammifère préhistorique sous une espèce intermédiaire, avec l’espèce humaine.

C’est sur l’île de Santa Rosa, située à 40 km au large des côtes californiennes aux États-Unis, que des fouilles ont été entamées en 2014 après qu’un morceau de défense a été trouvé sur le territoire du parc national Channel Islands. Après deux années de travaux, les paléontologues ont mis au jour, en ce mois de septembre 2016, un crâne gigantesque et exceptionnellement bien préservé. Sa taille justement a intrigué les chercheurs puisqu’il est trop petit pour être celui d’un mammouth colombien, mais trop grand pour être celui d’un mammouth nain.

« La découverte de ce crâne ouvre la possibilité que ce [spécimen] soit un intermédiaire en taille entre les deux espècesIl pourrait être un animal de transition, en passe de devenir un mammouth nain » explique Monica Bugbee, paléontologue qui participe aux travaux d’excavation, à CNN. « C’est sans doute le crâne de mammouth le mieux préservé (…) que l’on ait découvert sur les îles du détroit » poursuit-elle. Baptisé « Larry« , ce mammouth à qui appartenait le crâne aurait vécu il y a 13 000 ans et pourrait donc avoir vécu à la même période que l’homme d’Arlington, un homo sapiens dont les ossements sont les plus anciens jamais découverts en Amérique du Nord.

« Il est possible que les mammouths se soient éteints avant l’arrivée des humains, mais il est aussi possible que les hommes aient causé leur extinction en les chassant » explique Dan Muhs, géologue. L’âge de la mort du mammifère est également au cœur des questions que se posent les paléontologues, puisque sa défense droite mesure 1,4 mètre, une taille typique pour un mammouth adulte, mais la gauche est beaucoup plus courte, ce qui fait pencher pour un spécimen plus jeune.

Source