in

En Chine, cette femme serait enceinte depuis 17 mois

Crédits : iStock

Wang Shi aurait dû accoucher au mois de novembre 2015, mais la jeune femme porte toujours son enfant en août 2016. Cette incroyable histoire bat tous les records, mais la mère n’en peut plus : elle désire en finir par le biais d’une césarienne.

La jeune Chinoise vit à Tianping City, dans la province du Hunan. Enceinte depuis février 2015 d’après ses dires, cette dernière a été renvoyée chez elle neuf mois après, en novembre, alors qu’elle n’a pas pu accoucher, car étant en placenta praevia, c’est-à-dire que le placenta bloquait le col de l’utérus.

Nous sommes en août 2016 et Wang Shi porte toujours son enfant, dont le poids a atteint 3,8 kg et se porte très bien. Cependant, son corps ne semble pas vouloir mettre au monde l’enfant puisque chaque semaine, la jeune femme se rend à l’hôpital de sa ville et les médecins lui répètent qu’elle n’est toujours pas prête à accoucher.

Après 17 mois, une durée qui constitue un record, Wang Shi exige une césarienne afin de mettre fin à cette grossesse à rallonge. Difficile à croire et pourtant, un certificat médical a été publié et les raisons de cette grossesse spéciale auraient une explication logique.

Comme l’ont expliqué les médecins au site Mirror UK, le placenta de Wang Shi serait sous-développé, ils évoquent une stagnation au stade 2, dans un état proche de celui du début de grossesse. Aucune complication n’est à déplorer, et Wang Shi va bien malgré ses 25 kg en plus, tout comme l’enfant qu’elle porte.

Cependant, la jeune femme indique qu’elle se sent victime de stigmatisation et déclare être « honteuse d’être enceinte depuis si longtemps. [Elle] espère pouvoir mettre au monde son enfant avec succès le mois prochain ».

Enfin, des doutes subsistent quant à la durée de la grossesse, car Wang Shi aurait fait sa demande de certificat un mois avant la date prévue de l’accouchement, selon les médecins : « Il n’y a aucune preuve, médicale ou autre, qui suggère qu’elle est enceinte depuis 17 mois. […] Elle n’a aucune trace de son début de grossesse… nous n’avons que sa parole. »

Sources : Le Dauphiné LibéréUberGizmo

Crédits photos : Mirror UK