in

Chine : 23 millions de “mauvais” citoyens interdits de voyage

Crédits : Pixabay

Vous n’avez pas payé une amende ? Oubliez l’achat d’un billet d’avion. C’est un peu le principe du très controversé système de “crédit social”, instauré depuis quelques années en Chine. Les autorités auraient en effet empêché plus de 23 millions de personnes de voyager l’année dernière, selon un rapport du Centre national d’information sur le crédit.

Depuis 2014, le gouvernement chinois teste un système de “crédit social”, qui évalue les comportements de ses propres citoyens afin de récompenser les “bons”, et les “moins bons”. Si les bons citoyens ne sont pas récompensés, les “mauvais” sont sanctionnés. Le panel d’infractions est assez large : des opinions politiques dissidentes aux non-paiements d’amendes, en passant par le chien promené dans laisse, ou la consommation de drogues. À titre de sanctions, on refuse aux concernés – inscrits sur une liste noire – de pouvoir bénéficier de prêts bancaires et d’acheter un appartement. Mais depuis quelques mois, un nouveau genre de sanction a été mis en place : l’interdiction de voyager.

Plus de 23 millions de personnes concernées

Selon le rapport du Centre national d’information sur le crédit, la Chine aurait en effet empêché 17,5 millions de citoyens mal notés (ça fait très Black Mirror, vous ne trouvez pas ?) d’acheter des billets d’avion l’année dernière. Plus de 5 millions de personnes auraient également été interdites d’acheter des billets de train. On apprend également que les autorités auraient collecté l’année dernière plus de 14 millions de données relatives à une « conduite non digne de confiance ». Notez que les entreprises chinoises installées dans le pays sont également concernées. Les mauvais élèves se voient notamment retirer le droit d’enchérir sur des projets ou d’émettre des obligations d’entreprise.

aéroport
L’année dernière, la Chine aurait empêché 23 millions de citoyens “discrédités” de voyager. Crédits : Pixabay

Un système qui pourrait s’étendre aux transports en commun

Et ce système de crédit social orwellien, controversé et qualifié de “trop rigide” par les défenseurs des Droits de l’Homme, semble fonctionner. Mais à quel prix ? Il est en effet noté qu’environ 3,5 millions de personnes ou entreprises auraient d’ores et déjà réglé leurs impayés d’impôts grâce à ce dispositif. Le “succès” est tel que les autorités chinoises envisagent à l’avenir d’interdire aux concernés l’accès aux transports en commun, et ce pour une période d’un an.

Notons qu’à l’heure actuelle, le système est encore piloté par des gouvernements locaux. Mais l’objectif de Pékin reste de pouvoir mettre en place une base de données centralisée, permettant de noter les plus de 1,3 milliard d’habitants chinois.

Source

Articles liés :

Chine : un gratte-ciel en forme de balle de revolver

Chine : naissance de cinq clones issus d’un macaque génétiquement modifié

La Chine continue d’appauvrir la couche d’ozone

Chine : 23 millions de “mauvais” citoyens interdits de voyage
noté 4 - 3 vote[s]