in ,

Chine : naissance de cinq clones issus d’un macaque génétiquement modifié !

Crédits : Pexels

L’expérience peut faire froid dans le dos et logiquement poser des questions éthiques, mais les chercheurs n’ont pas hésité à présenter ces recherches comme pouvant faire avancer la médecine. Effectivement, il y a de quoi se questionner : les fameux clones ont été obtenus par le biais d’un macaque génétiquement modifié pour le rendre malade.

Une expérience aussi étonnante qu’effrayante

Les chercheurs de l’Institut de neuroscience de l’Académie des sciences de Shanghai (Chine) ont présenté leurs travaux dans deux publications (ici et ici) publiées le 24 janvier 2019 dans la National Science Review (NSR). Il était question dans ces comptes-rendus de rendre un macaque malade en le modifiant génétiquement, mais également de créer cinq clones de ce spécimen unique.

Plus précisément, les scientifiques chinois ont modifié les gènes du macaque par le biais du CRISPR-Cas9, le désormais célèbre outil d’édition génomique (ou ciseaux génétiques). Le but était de causer chez l’animal des troubles du rythme circadien, autrement dit de son horloge biologique. De plus, les cinq clones obtenus à partir un premier singe ont selon les chercheurs développé des problèmes mentaux – liés aux troubles du sommeil – tels que l’anxiété, la dépression ou encore certains comportements liés à la schizophrénie.

Crédits : Flickr/ NIH Image Gallery

Faire avancer la recherche

Cette expérience a été présentée comme étant la dernière avancée biomédicale de premier plan annoncée en Chine, et les médias locaux n’ont pas manqué de rappeler qu’il s’agissait d’une première mondiale. Toutefois, les chercheurs ont tenu à justifier ces recherches pouvant indigner et poser des questions éthiques. Il serait question d’une manière différente d’étudier les maladies psychologiques humaines, et ce dans le but de mettre au point des traitements. Concernant les clones, les scientifiques affirment que le clonage permet d’obtenir des singes présentant des maladies psychologiques différentes.

« Nous pensons que cette approche du clonage de singes modifiés par des gènes pourrait être utilisée pour générer divers modèles de singe pour des maladies géniques, y compris de nombreuses maladies du cerveau, ainsi que des troubles immunitaires et métaboliques et le cancer »a déclaré Hung-Chun Chang, principal auteur des recherches.

Enfin, cette histoire rappelle évidemment une autre affaire ayant suscité un intense débat en novembre 2018, toujours en Chine. En effet, le chercheur He Jiankui de l’Université de Shenzhen avait modifié l’ADN de deux jumelles nouveau-nées pour les rendre résistantes au virus du SIDA !

Sources : New AtlasFutura Sciences

Articles liés :

Les criminels modifient-ils réellement leur ADN à l’aide de kits vendus sur le Web ?

Génétique ou mode de vie : qu’est-ce qui façonne notre microbiome ?

Certains humains ont évolué génétiquement pour devenir des plongeurs d’élite !

Notez cet article