in

Pour ce chasseur d’Ovni, cette roche martienne est une tête de statue romaine

Crédits : Capture vidéo

Alors qu’il explore le sol martien depuis le mois d’août 2012, lorsqu’il s’est posé sur la planète rouge, le rover de la Nasa Curiosity envoie de nombreux clichés des paysages qui l’entourent. Certains d’entre eux sont appréciés et littéralement disséqués par les chasseurs d’extra-terrestres.

La planète Mars a toujours fasciné et concentre aujourd’hui de nombreux efforts de la part des agences spatiales et des sociétés privées, qui voient en elle une probable future destination pour l’homme. Pour ce qui est de la Nasa, ce sont plusieurs sondes et deux rovers, Opportunity et Curiosity, qui se chargent d’étudier Mars sous toutes ses coutures, procédant à de nombreuses analyses et à la prise de clichés, transmis aux équipes terrestres puis rendus publics.

Si la plupart de ces clichés contentent les amateurs d’astronomie, ils retiennent également l’attention des complotistes et autres chasseurs d’extra-terrestres, qui aiment à disséquer les images reçues pour y trouver preuve de l’existence d’une vie extra-terrestre. C’est le cas avec ce récent cliché capturé par le rover Curiosity, dans lequel l’administrateur de la chaîne YouTube Paranormal Crucible (109 000 abonnés) pense avoir repéré une tête de statue romaine.

360E501A00000578-0-image-m-98_1467929993664
Crédits : Capture vidéo
360E501F00000578-0-image-a-99_1467930004453
Crédits : Capture vidéo

Une question d’interprétation, notre cerveau tentant d’établir un lien entre ces signaux visuels et notre base de connaissance personnelle, constituée d’éléments en lien avec notre expérience et notre éducation. Chez certaines personnes, traiter des images abstraites donne lieu à une tendance qui va tenter de chercher des images familières dans l’abstrait. Cela s’appelle la paréidolie, sorte d’illusion d’optique qui consiste à associer un stimulus visuel informe et ambigu à un élément clair et identifiable, souvent humain ou animal.

La planète Mars, intrigante et parsemée de roches de toutes formes, se prête particulièrement à ce type d’interprétations, et ce n’est pas la première fois que des individus affirment avoir repéré un visage, une forme humaine sur la planète rouge, loin de là.

Source